@Quiberon
Suite du feuilleton !

Le SCOT Auray-Quiberon : où en-est-on ?

Rejet du SCOT du Pays d’Auray
jeudi 22 octobre 2009 par Patrick LUCO

L’an passé, je m’étais interrogé sur le Schéma de Cohérence et d’Orientation Territorial ( SCOT )que l’on était en train de nous concocter d’une manière savante dans le secret d’officines, et donc en dehors de toute consultation préalable des citoyens du pays d’Auray.
A l’époque devant l’ampleur des interrogations qui me venaient à l’esprit en lisant et relisant tous les éléments disponibles de ce dossier, grâce à l’Internet, mes inquiétudes se développaient sur l’avenir de notre Pays d’Auray. Inquiétudes encore plus profondes aujourd’hui, quand je vois les modifications qui pourraient survenir si le redécoupage territorial en cours d’étude est mis en application !

A l’époque, à chaque fois que je reprenais l’un ou l’autre de ces documents je ne sentais pas le sens réel de tout cela ! A moins qu’il n’y ait par derrière un deuxième lot de cartes d’un jeu dont je n’avais pas les règles ! Un jeu « palermitain » peut être ?

Cette « cuisine « concoctée par de drôles de cuisiniers prenait l’allure d’une très mauvaise soupe. C’était à un tel point que je me demandais quel était l’avenir que l’on réservait en réalité à notre Pays d’Auray ! Oh, bien sur ! Il ne s’agit pas seulement que de Quiberon, ni seulement des Iles, mais tout simplement tout le territoire que l’on connaît depuis Nominoé sous le nom du Pagus de Belz !

Déjà, la façon dont le sujet était abordé en ne considérant que les idées ou les désirs plus ou moins avouables des uns et des autres officiellement reconnus tout en ne consultant pas le Peuple, est en soi un problème. Bien sur on nous dira : « mais ce sont des élus » ! . Certes ce sont des élus ! Oui ! A un moment donné ! Cependant, est-il légitime de faire totalement confiance ? Je ne le pense plus au travers des développements récents relatifs à l’évolution de la pensée politique dans le pays. Personnellement, j’ai de très gros doutes ! Je suis même inquiet… Tant le pays réel est différent du pays virtuel.

A aucun moment de la préparation de ce SCOT, et du PADD correspondant, préalable à l’élaboration des PLU, il n’a été procédé à la consultation des habitants et donc du Peuple…. Ah ! Le Peuple ! Qui est-il ? Je m’en tiendrai simplement au concept développé par le Général de Gaulle et exprimé particulièrement dans le Discours de Bayeux… Et quant aux « politiques », je me tiendrai simplement aux principes exposés par Platon dans « La République », c’est dire !…

Le Schéma de cohérence concocté était donc incohérent ! Bravo !...

Cela à un tel point que Le vendredi 04 septembre 2009 , le nouveau Préfet du Morbihan, a rejeté le SCOT de la Communauté du PAYS D’AURAY ! Et pourtant sa procédure d’adoption venait d’être close notamment par l’adjonction d’un volet « spécificité insulaire ». J’avais vu cela dans un journal par hasard ! Les responsables politiques locaux s’en trouvaient particulièrement satisfaits ! Quelque chose a du m’échapper !

La phase d’analyse préalable relative à l’existant amenait à s’interroger. Je ne me souviens pas d’avoir vu une quelconque publication quiberonnaise de ce que l’on voulait faire d’abord ici à Quiberon ! Je ne parle pas de la Commune de Quiberon, mais de « l’Isle de Quiberon », entité naturelle et géographique qui comprend les deux communes actuelles : Quiberon et son satellite naturel qu’est Saint Pierre depuis 1852.
Il s’agit aussi du devenir des patrimoines correspondants.

Ensuite, je ne sens pas bien non plus les luttes d’influences existantes entre les différents protagonistes. Les relations réelles ou supposées entre les différentes entités en lice m’échappent complètement. Je sens comme bien d’autres personnes qu’il existe des concurrences personnelles plus ou moins avouées entre les politiciens locaux : Démêlés entre maires et conseillers généraux, entre maires et députés, entre coteries diverses et partis du moment, sans compter des organisations souterraines qui veulent toutes être les maitres du Pays !... Et que dire alors de l’organisation territoriale actuelle, ou celle en cours d’élaboration ? Ces chevauchements d’un mille-feuille administratif ? Finalement, devant une telle incohérence, le pays d’Auray ne risque-t-il pas d’être partagé entre les deux pays voisins : Lorient, et Vannes ? Puisqu’il parait qu’il existe maintenant un tropisme du côté de la ria d’Etel vers Lorient, et du côté d’Auray, vers Vannes, avec Quiberon et les îles qui resteraient seules au milieu ? Un dépècement en quelque sorte...
Enfin, je ne sens pas bien non plus l’articulation de tout cela entre les différents SCOT au sein du Morbihan, voire de la Bretagne : Les "Inter-SCOT" dont on ne parle pas ! En fait ce que faisait naguère la DATAR !
C’est pas du tout satisfaisant tout çà !

Ce SCOT raté sera finalement le révélateur d’un manque de vision politique globale : on manque d’évidence d’un véritable homme politique providentiel du cru… Mais pas besoin d’un "parachutiste" ! On en a déjà un !

Quand la « copie » a été rendue, les Services préfectoraux ont aussitôt remarqué un manque de rigueur et une certaine fantaisie intellectuelle des contributeurs qui ont transformé ce projet de SCOT en une sorte de machine infernale. Ce document serait alors la source d’une certaine insécurité juridique génératrice de futurs contentieux administratifs. Le Préfet a sagement arrêté le processus pour préserver l’avenir et l’intérêt publics, et c’est très bien ainsi. Il est dans son rôle.

Ce SCOT, tel qu’il a été rédigé en couleurs chatoyantes d’un superbe technicolor, m’apparaît comme une mosaïque d’intérêts particuliers. C’était déjà transparent dans les relevés et les comptes-rendus des réunions préalables à son élaboration. Par exemple, la notion de « spécificité insulaire » est très discutable en ce sens où on cherche à différencier les îles du continent (géographie ! Et c’est comme cela !) tandis que d’un autre côté on recherche la continuité territoriale pour le service public (administratif !) notamment lorsqu’il s’agit de fixer des tarifs favorables (économie général vs intérêts particuliers !). C’est donc pour le moins incohérent ! Où donc se trouvent l’unicité, la rationalité, la cohérence ?

Par ailleurs quand je relis les comptes-rendus préalables à la rédaction du SCOT d’Auray-Quiberon, cela ressemble plus à une juxtaposition d’intérêts et de désirs particuliers comme on les trouvait dans les « Cahiers de doléances » juste avant la Révolution ! Or, ce SCOT est sensé préparer l’avenir du territoire pour trente années au moins ! Et il est plus particulièrement sensé agir sur la géographie relative à l’emploi de l’espace. Il s’agit de ne pas gaspiller la terre, mais de conserver un pays agréable où il fera toujours « bon vivre et vivre bien ensemble ». Or je ne ressens là-dedans que la préparation d’une vaste mégalopole de Sud-Bretagne génératrice surtout d’emplois administratifs pour gérer des retraités épuisés !..Voire une sorte de "Marbella"...

Voici pour certaines grandes lignes, mais maintenant au sujet de la méthode : Que peut-on dire sur les raisons de cet échec ? Ce sont les élus du Pays d’Auray qui ont fait échouer le projet du SCOT.
Je me suis toujours interrogé sur les participants et leur "jeu". Je revisitais il y a quelques temps les listes des participants aux différentes réunions. Là aussi, je ne pouvais m’empêcher de penser à certaines réunions auxquelles j’avais participé autrefois ou même présidé et dans lesquelles se présentaient des gens qui ne s’étaient même pas préoccupées du sujet à traiter, et qui donc n’avaient rien préparé de sérieux !
Cà, c’était sûr que cela n’allait pas échapper aux collaborateurs du préfet ! Et que dire de certaines orientations locales prises à « huis-clos » ? Ou encore en comité très restreint du type « politburo » sans concertation locale ?
Et la « Presse » là-dedans ? Que fait-elle ? La « Presse » doit informer et aussi inciter à la réflexion. La comm’, on s’en moque !... Rien de tout cela non plus… Pourtant c’est un sujet bien plus passionnant que la consultation des nourrissons !… On n’est plus en 1890 : le citoyen est éduqué, formé et dispose aussi d’informations. En plus il réfléchit, Il analyse, il critique, et apprécie ! (Ennuyeux, cela !). Eh bien, la Presse locale, à part quelques articulets, n’a rien publié de vraiment constructif. Elle n’a pas fait ce qu’elle avait à faire.

Quand aux responsables-élus, il leur faudra recommencer la procédure SCOT. J’espère que le débat sera bien plus ouvert !. En effet, il est nécessaire de refaire sérieusement l’analyse préalable : Certes, tout ne sera pas à jeter, mais il faudra tout réexaminer avec un œil critique et surtout avec un esprit analytique puis synthétique.
Du temps de la DATAR (1963), l’Etat faisait cela très bien. L’Etat dans ce qu’il a de meilleur au travers de ses fonctionnaires de la DATAR, a très bien su développer notre « Cher et Vieux Pays » pour arriver en 1970 a un pays moderne, respecté et envié : c’étaient les « Trente Glorieuses ». Cela, ma génération, celle de l’immédiat de l’après-guerre, l’a très bien compris et en a apprécié les résultats. Seulement, au niveau local, pourquoi ce qui a réussi ailleurs (Lorient, Vannes ,etc..) n’a-t-il pas marché au Pays d’Auray ? Est-ce à cause du jeu politique ? Est-ce à cause de l’indifférence du Peuple qui n’en peut mais ? J’ai questionné différentes personnes sur ce sujet du SCOT et très très peu savaient de quoi il s’agissait ! Forcément, ils n’étaient pas informés ! La "Presse" n’a presque rien publié de synthétique ! Je me souviens d’une question que j’avais posée en public à la municipalité lors de la « réunion des duchentils » de l’été 2008 : dans la salle : c’était la surprise, et manifestement cela avait dérangé le maire qui n’allait pas ès-qualité à ces réunions ! Et pourquoi donc ?

La conséquence immédiate est que les plans locaux d’urbanisme (PLU) des communes, tributaires de l’adoption préalable du SCOT, seront retardés. C’est une source évidente de blocages. La Préfecture du Morbihan (en l’état actuel des informations connues) envisage de reprendre dès 2010 toutes les étapes d’élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale pour leur garantir enfin un statut réglementaire. Le but est que le « bon » SCOT soit validé d’ici trois ans, c’est-à-dire avant les élections municipales de mars 2014 ! Ca va être un fameux sujet d’empoignade lors des élections !

Les effets secondaires seront assez vicieux en ce sens que les procédures relatives aux PLU (choix d’un Cabinet d’urbanisme, etc.) seront retardés avec toutes les conséquences correspondantes ! Et encore, s’il n’y a pas de contentieux. Car maintenant cela va inciter les Services de la Préfecture à examiner tout cela de très près !...

Quelques communes du Pays d’Auray ont mieux joué. Certaines, dès 2008 et cela en avance sur le SCOT ont élaboré leur PLU pour que la Préfecture l’accepte en l’état… Alors que la règle de base est que le SCOT territorial doit être terminé pour qu’une municipalité puisse commencer à adopter son PLU communal. Cette règle admet donc des exceptions selon la bienveillante discrétion du Représentant de l’Etat...


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 736 / 191423

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Faits et arguments   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License