@Quiberon

Quiberon : Incompétence et « services publics »

Un "ratage", parait-il ?
lundi 30 novembre 2009 par Patrick LUCO

Ce n’est pas dans mes habitudes de tirer à vue sur les services publics. Cependant, il y a des faits qui sont exaspérants. Surtout lorsque l’on découvre l’impuissance des « élus » vis-à-vis des « sociétés » privées attributaires de fonctions de services dits « publics »…

Le 18 juillet dernier je demandais par courrier à la SAUR -société de droit privé, qui bénéficie d’un contrat d’affermage- conclu à la suite d’un appel d’offres- pour demander un raccordement au réseau local de distribution d’eau.

L’opération en soi est très simple car le tuyau de distribution se trouve à deux mètres de l’entrée de mon jardin : il suffit d’une pelle, d’une pioche, de bouts de tuyaux et d’un raccord. Pour améliorer la connexion, on peut aussi ajouter un robinet de coupure ! Bref ! C’est pas très compliqué ! Pas besoin d’être un « X » pour cela.
Un représentant de la société s’est même déplacé en juillet 2009 pour tracer à la peinture bleue le cheminement du tuyau. Puis le temps a commencé à s’écouler.

Après moult coups de téléphones, tous tombés dans le vide intersidéral d’une administration qui me répondait « On a pris note ! On va vous rappeler !... » Rien ne venait. On était rendu en octobre, deux mois après la demande… Dire que j’ai payé pour rien en plus...

Bon ! Alors j’ai pris ma plume pour écrire à nouveau à la SAUR qui m’a informé qu’ils étudiaient la problématique du raccordement. Puis rien ne venait. Je n’ai pourtant pas demandé d’avoir de l’eau de la Caspienne, mais de l’eau de Quiberon !...
Dubitatif, je me suis souvenu que cette société de distribution d’eau avait aussi un donneur d’ordres : le SIVOM d’Auray-Quiberon chargé de la distribution de l’eau et du ramassage des ordures du pays.
Le président actuel du SIVOM est aussi le maire de Quiberon : Monsieur notre maire en sa mairie !...

J’ai donc pris une fois de plus ma plume et j’ai écrit une belle lettre au président du "Syndicat à Vocations Multiples d’Auray-Quiberon" ; lettre dans laquelle je lui racontais mes déboires vis-à-vis du déni de service dont j’étais la victime. C’était pour le tenir informé tout en lui demandant de faire agir ses satellites. J’en profitais également pour lui suggérer de changer de prestataire de service puisque la société attributaire (SAUR) dans les faits n’assurait pas le service demandé...
J’ai eu une réponse rapide quinze jours après, me déclarant qu’il y avait eu un « ratage » (sic) inexplicable et m’informant de la date de début des travaux programmée pour le 16 novembre dernier : depuis ? Rien ! Etonnant ! Non ?

On est en décembre ! Peut être que les travaux commenceront en 2010 ? Ou après les futures élections ? C’est l’accumulation de faits analogues qui a fait choir l’Union Soviétique !...

Voilà pour les faits !

Venons-en aux commentaires.

Il s’agit en fait de la notion de service public, fonction normalement dévolue à l’Administration et à ses satellites. Cette notion de « service public » semble bien dévoyée depuis quelques temps.

En effet, cette notion de service public, est combattue de toutes parts depuis quelques années par les chantres du libéralisme. Le service public est une notion connexe à celle du « Res publica ». Le service public, consiste à assurer quelles que soient les circonstances des tâches nécessaires au fonctionnement harmonieux de la Société. En l’occurrence, la Société est la Nation. Le Service Public, procède de la notion d’égalité, principe fondateur de la République française, inscrit dans la Constitution, que certains essayent depuis quelques années de démonter, soit en la sabotant de l’intérieur soit en la noyant dans ce fatras qu’est l’union européenne … Le but inavoué étant la destruction du ’Cher et Vieux Pays’...

Le service public présente différentes facettes, de la distribution de l’eau, du gaz, du courrier, des transports, de la défense ou des soins à apporter aux naufragés. Par essence , il est "neutre". Le service public tel que nous l’avons connu, est issu des structures mises en place par le "Conseil national de la Résistance". Le fameux "CNR" qui a permis à la France de retrouver son rang après les désastres de l’inconséquence politicienne qui nous ont amenés à 1940.... La lecture d’une "Etrange défaite" de Marc Bloch" est réellement édifiante... Et ne peut qu’amener à réfléchir sur ce que nous vivons actuellement avec l’union européenne, organisation oligarchique qui en arrive a nier un référendum, où le Peuple, s’exprimant, avait dit "Non !"...

L’agent du service public a le devoir de faire tout ce qu’il a en son pouvoir et cela dans le cadre des lois en vigueur pour satisfaire aux besoins et nécessité de ses concitoyens. On lui demande aussi de faire preuve d’imagination à l’occasion.

L’agent du service public exerce ses talents dans une organisation qui se doit d’être fonctionnelle et donc optimisée pour être efficiente. Le service public doit s’exercer aussi bien à Paris, qu’aux fins fonds de Quiberon…

Aujourd’hui, la tendance du moment est au démontage du service public. En effet, certains cherchent à tirer bénéfice des tâches qui relèvent du Service public, et donc influent auprès des décideurs pour se voir attribuer ces fonctions pour en retirer un bénéfice commercial. Oubliant que par ailleurs, les mêmes services publics sont financés par une part de l’impôt ou des taxes. Ce qui fait que l’on en arrive à payer deux fois ce que l’on ne devrait payer qu’une fois.

Ces organismes de droit privé en général prennent différents aspects : EPIC, SEM, société fermières, etc… Toutes ont pour but de dégager des bénéfices en maximisant les profits tout en minimisant les coûts. Ces organismes ne sont pas des services publics : ils sont là pour se servir sur la « bête »... Ce sont des faux-nez voire des planques.

Le plus grave dans tout cela, c’est que nous sommes régulièrement appelés à voter pour que telle ou telle personnalité soit déléguée par ses concitoyens pour canaliser, orienter, agir pour le bien commun… Une fois en place c’est le marasme, le calme plat, l’immobilisme, les inconvénients, la négation du progrès. C’est le "Je n’y peux pas grand’chose’ !
Malheureusement, en ce qui me concerne, j’ai là une confirmation de plus de l’impuissance des élus qui ne maîtrisent plus rien…
Que ce soit pour des affaires comme Port Haliguen qui a échappé à notre contrôle, que ce soit pour la distribution de l’eau, que ce soit pour le ramassage des ordures, pour le paysage, le téléphone etc… Tout cela se résume à la mise en place de structures incontrôlables pour différentes raisons très objectives : Une des pires est le pillage des biens de la Nation. « Qui donc a pillé le domaine ? »

Pour moi, cela passe par la dénonciation de contrats pour déni de service de fait (la distribution d’eau et son contrôle doit être un service public pur comme la distribution d’énergie, ou le téléphone), le retrait de certaines structures privées (SAGEMOR) ou encore par le débarquement « au grand choix », d’individus qui n’ont rien à faire là où ils sont.

Nota bene !
1.- Les travaux demandés ont été exécutés ! Ils ont curieusement commencé le mercredi 2 décembre 2009 après la parution de cet article... Et terminés vendredi 4 décembre 2009 vers 19h...
Etonnant ! N’est-ce-pas ? Je n’en reviens pas d’une telle célérité....

2.- Seulement 5 jours après ! le compteur avait été oublié dans l’encaissement de la rue !...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 619 / 195224

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Faits et arguments   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License