@Quiberon

Quiberon, Port Haliguen : discrimination ?

mardi 22 juin 2010 par Patrick LUCO

C’est sans nul doute un truisme que d’affirmer que depuis 1989, la maitrise de Port Haliguen a complètement échappé aux Quiberonnais.

Cela a commencé par la municipalité d’alors qui avait abandonné ses prérogatives politiques vis à vis de ce port qui avait été construit à l’usage principal de Quiberon et des Quiberonnais puisque c’étaient les autochtones qui avaient primitivement aménagés la ria puis financés la construction du port sous ses différents aspects.

Je m’étais toujours demandé pourquoi ces prérogatives avaient été abandonnées par les municipalités...
Il n’est pas question ici (pour l’instant) de décrire l’arrangement électoral qui avait été pris à l’époque entre le candidat qui avait été élu et les instances départementales de l’époque car ces arrangements ne sont en fait que le reflet du mal profond qui ronge actuellement notre Pays.
Il faut remarquer que ces arrangements avaient lamentablement échoué après quelques mois de règne sous les coups de bec d’un sombre volatile qui s’était mis à hanter le sombre ciel quiberonnais. Tout se tient, et tout est lié…

Cette éviction des Quiberonnais de leur port n’est en fait qu’un corollaire de cette mainmise par des coteries sur des biens publics et du démontage correspondant de ce qui faisait notre richesse commune.

Devant la dérive purement commerciale de ce port, après avoir évacué toutes considérations maritimes relatives aux usagers "locaux", l’organisme gestionnaire ne le considère plus qu’en tant que pôle de profit, éludant certaines réalités locales.

Le but est de retirer le maximum de bénéfices pour le redistribuer à quelques actionnaires bien particuliers. Il est bien connu par exemple que Quiberon est privé des recettes de ce qui lui appartient territorialement. Les recettes vont ailleurs et notre bonne ville ne reçoit à l’occasion qu’une poignée de figues… Tout en subissant un certain nombre d’inconvénients tels que la transformation de notre presqu’ile en cul-de-sac tandis que des communes voisines et très concurrentes bénéficient de tous les avantages qu’accorde la manne prélevée à Quiberon et qui leur tombe du ciel par le simple fait du cacique local.
Par ailleurs quand on voit que nous devons par-dessus le marché subir la pollution de la Baie par des déversements inconsidérés de vases, la coupe est pleine !
Pour acquérir l’adhésion des consciences à un tel système, il va de soi qu’il faut instaurer tout un système pour assoir son emprise.

Cela prend différents aspects en interprétant les dispositions réglementaires ou encore légales. En l’occurrence, en utilisant à bon escient des arrêtés d’exploitation modifiés pour la circonstance et cela "en douce" , en mettant en place les "bonnes personnes", bien liées à leur commanditaires, ou encore en mettant en place des comités dont la composition bien choisie permet d’éviter toute fausse note !

Je ne m’interroge plus sur les raisons pour lesquelles cet organisme n’embauche pas de Quiberonnais pour travailler à Port Haliguen et préfère mettre à la tête de ce port des duchentils ou des gens que l’on choisit entre "copains" ?
Les Quiberonnais ne seraient-ils donc pas à la hauteur ainsi que le conseiller général avait eu l’outrecuidance de l’affirmer naguère en réunion de comité d’usagers ? En effet, il avait déclaré en public que l’on ne pouvait pas compter sur les jeunes Quiberonnais pour travailler au port… Après, il avait sollicité nos voix : comprenne qui pourra… C’est cela un politicien ! C’est réellement du mépris vis à vis de nous.

Hélas, ce genre de dispositions ne passe pas inaperçu ! Surtout lorsque le comportement global des organismes en cause, et de leur encadrement, démontre une certaine aptitude à favoriser les uns plutôt que les autres, et surtout en n’hésitant pas dans le cadre d’une "concertation bidon" à ne prendre en compte que les avis d’une catégorie de population et à l’afficher ouvertement -comme on peut le voir au port- ce que l’on désigne sous le terme de "duchentils" tout en évacuant les indigènes, ou les autochtones parce qu’ils ne sont pas présentables ou parce qu’ils sont considérés qu’en tant qu’ahuris, si ce n’est pas autre chose...
Une telle attitude ne relève pas seulement de la discrimination ou du pouvoir "discrétionnaire" du politicien arrivé mais encore de quelque chose de bien pire et de réellement nauséabond ...

Ce qui m’a incité à écrire, puis à transmettre ceci :

Monsieur le Préfet,

Le législateur, lors de la rédaction du Code des ports maritimes (art.R622.3), a prévu dans un souci de surveillance de l’emploi des installations portuaires publiques, la mise en place de Comités locaux des Usagers des ports (CLUP).

Ces comités, selon l’usage et l’emploi, sont composés de représentants de l’Administration d’une part, et d’usagers d’autre part. Ils ont pour but la bonne marche d’un bien public maritime au bénéfice de ses usagers.
Dans ces comités siègent des citoyens choisis, ou élus parmi les usagers des installations. Cela sans faire de distinction entre les représentants de telle ou telle partie prenante, ce qui serait contraire au principe d’égalité protégé par la Constitution.

A Quiberon, l’organisme parapublic en charge de Port Haliguen a jugé commode, contrairement au passé et pour des raisons de facilités particulières, niant par conséquent le principe d’égalité vis-à-vis d’usagers du Domaine public maritime, de ne considérer que les membres d’une Association d’usagers loi 1901. Cette représentation est très loin de représenter l’ensemble des usagers (Cf Arrêté du 22 juillet 2008 du CG du Morbihan en pj N° 1 et déclaration en P.J N° 2). Or, une telle association ne représente qu’elle même et ne peut en aucun cas représenter l’ensemble des usagers.

Par ailleurs, la Cour régionale des Comptes dans son rapport du 21 juillet 2007 (P.J N° 3 ) établi au sujet de l’autre port de Quiberon -Port Maria- a fait remarquer un état de fait analogue et a demandé de corriger cette anomalie.

J’appelle votre attention sur le fait qu’une telle composition ne me parait pas être particulièrement conforme ni à l’esprit, ni à la lettre du législateur. Cela contribue à mettre de côté la majeure partie des citoyens locaux qui participent aussi à la vie de ce port en tant qu’usagers et citoyens tout en favorisant d’éventuelles coteries. Par conséquent je considère qu’il y a rupture du principe d’égalité.

Il n’y a aucune raison en République de n’être pris en considération qu’à condition d’être membre d’une association particulière. Ce n’est pas conforme à l’esprit de la République.

Par conséquent, je demande de bien vouloir reconsidérer la composition du Comité local des usagers de Port Haliguen en tenant compte du principe d’égalité comme cela se pratiquait naguère d’une part, et d’autre part du choix de personnalités dont l’indépendance ne laisse poindre aucun doute.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma très haute considération.


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 770 / 195224

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Faits et arguments   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License