@Quiberon

Quiberon : Ont-ils trop lu Tolkien ?

Des Hobbits à Quiberon ?
vendredi 23 juillet 2010

J’espère n’avoir entendu qu’une déplaisante rumeur

Depuis la magistrale trilogie de Georges Lucas, le « Seigneur des Anneaux » connaît une notoriété mondiale. Jusqu’alors, il faut bien reconnaitre que l’œuvre de Tolkien (1) était, à l’instar l’univers wagnérien, pleinement appréciée que par une petite frange d’amateurs éclairés.
Mais quels amateurs ! J’ai découvert Tolkien hier en 1971 et à cette époque lointaine, il y avait déjà de véritables fondus de l’univers de Frodon (le héros du livre) et de ses congénères. Foin de gentils lecteurs décorant leur chez eux avec des posters de leurs idoles mais carrément des fondus, capables d’aller jouer aux elfes dans les bois et d’essayer de s’assimiler à un univers. Un peu sur le modèle des punks ou des gothiques quelques années plus tard. Bref, des gens qui trouvaient naturel de s’habiller en elfes ou de passer des nuits entières à jouer à des jeux de rôles sur ce thème (2).

Et bien, je me demande si nos bien aimées édiles ne sont pas des fanatiques bien cachés de Tolkien. Pas dans le genre à tirer à l’arc dans les landes (enfin celles qui n’ont pas été transformées en parkings) ou à monter à cheval l’épée à la main (on s’en souviendrait...) mais encore plus passionnés avec de vrais luxes de milliardaire toqué.

Boni de Castellane (3) et Louis II de Bavière (4) s’étaient l’un et l’autre ruinés, respectivement à essayer de reconstituer un énorme palais XVIIIème rue du Bois de Boulogne à Paris et à construire des châteaux pharaoniques dans les Alpes... A Quiberon pas de ça ! On se prépare juste à reconstruire la « Comté », telle que l’avait imaginée Tolkien, en plus petit certes, à la Pointe de Beg er Vil.

Je m’explique d’abord sur la « Comté ». Le peuple-héros (5) du « Seigneur des Anneaux » sont les Hobbits. De petites créatures, très bonnes vivantes, très "celtes" et surtout dépourvues et toute ambition. Bref, des antihéros absolus. Et pourtant, pour faire simple, ce sont elles qui sauvent le monde ou presque. Ou veux je en venir, sur ce blog dédié à la presqu’île de Quiberon et non pas à la science fiction ou au fantastique ?

Très simple : les « Hobbits », tels qu’imaginés par Tolkien vivent dans des « terriers ». Pas des terriers de lapins mais plutôt des habitations (cf. illustration) plus ou moins troglodytiques enfouies dans des buttes de terre. En gros, le toit, c’est le plancher des vaches.

Or, et c’est là que le problème devient quiberonnais, un projet avancé consisterait à ce que la mairie de Quiberon vende à un promoteur immobilier un immense terrain qu’elle possède encore à Beg Er Vil. Un terrain potentiellement remplis de débris mégalithiques d’ailleurs. Jusqu’ici rien de très original, c’est dans l’air du temps. On se demande subsidiairement s’ils y a des amateurs de nature et de petites fleurs à l’urbanisme communal, tant l’élément favori semble être le béton. Dans une ville où il n’y a pourtant qu’un unique parc municipal…

Mais le projet qui y a été présenté est très original. Il s’agit ni plus ni moins que d’y bâtir des « terriers » de « Hobbits ». Je n’affabule pas (6). Imaginons des logements à moitié enterrés dans une butte de sable à la Pointe de Beg er Vil. Il y aura, selon le projet deux étages d’habitations, mêlant bois et béton. Le tout très HQE, bien entendu. Ambiance « loft ». Un projet à faire saliver une école entière d’architectes et à faire un bel article dans une revue d’architecture.

Si l’architecte à l’origine de ce projet lit ces lignes, je tiens à le féliciter : il a de l’imagination et du talent. On peut même lui trouver une certaine allure. Mais pas dans une presqu’ile bretonne, à 100 mètres de la mer. En Californie ou à Dubaï peut être.
Quiberon a un problème d’espaces verts et d’identité voire de cohérence urbaine. Je ne suis pas sur que ce genre d’exploit architectural soit une solution.

Qu’en penser ? Trois choses.
Tout d’abord que nos édiles bougent. Enfin ! Mais au risque de détruire encore davantage Quiberon en construisant non des horreurs mais des bâtiments complètement décalés comme ce projet « Hobbits ».
Ensuite, que les édiles réfléchissent visiblement beaucoup à l’urbanisme comme en témoigne le projet de ZAC rue de Verdun /gare, les polémiques rue de Port Maria ou les rumeurs certainement infondées que j’ai pu recueillir de vente d’immeuble rue de Verdun ou de la vente d’un terrain de camping.
Enfin, une ignorance de l’environnemental (urbanisation galopante) et du culturel en hésitant pas à considérer un projet complètement en décalage avec son environnement et en prenant le risque de réussir ce que les troupes de Jules César, de Hoche ou de Sinclair et de Lestock n’avaient pas réussi à faire : détruire les vestiges mégalithiques qui sont vraisemblablement dans le sous sol du terrain concerné.

(1) John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973) était un écrivain mais avant tout un philologue d’origine britannique. Son œuvre qui outre la trilogie du « Seigneur des Anneaux » comprend également « Bilbot le Hobbit », le « Sigmarillon » ou les « contes et légendes inachevés » reprend et s’inspire de grands mythes européens (l’anneau des Ninbelungens ou la légende d’Hyperborée) mais également des mythologies celtiques, saxonnes et scandinaves.

(2) Je n’exagère pas, Google CQFD.

(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Palais_Rose_de_l%27avenue_Foch

(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_II_de_Bavi%C3%A8re#Les_ch.C3.A2teaux

(5) Pardon pour ce soviétisme, ça m’a échappé, je pensais à la S***mor.

(6) Je ne peux bien entendu pas mentionner ici le nom du promoteur immobilier privé à l’origine de cette brillante idée mêlant « un paysage, des vues, une envie, un projet, un état d’esprit, une identité » (c’est le slogan) mais son nom tient en 3 lettres, son logo est une goutte de la même couleur que l’Erin de Tolkien et c’est sa première réalisation, à ma connaissance, à Quiberon.


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 918 / 195248

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Faits et arguments   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License