@Quiberon

Quiberon, Port haliguen : un conte africain ?...

REVE OU CAUCHEMAR ?
jeudi 3 octobre 2013 par jc-leguennec

REVE OU CAUCHEMAR ?

Ecrit par : J.C.L.G

L’histoire commence début 1962 lorsque nos élus conscients de l’importance du yachting naissant (le regretté Eric Tabarly n’avait pas encore gagné sa première Transat), du tourisme à déjà réinventer et de l’emploi des jeunes Quiberonnais ; décidèrent de se lancer dans la construction d’un port de plaisance à Port-Haliguen.

Commençons par le rêve :

Au début de l’année 1962,un étranger venu de la grande terre offrit à nos élus un arbre d’origine et d’aspect inconnus.
Ce monsieur, beau parleur, leur raconta que cette essence d’arbre devait impérativement être plantée dans de l’eau de mer et que dans son pays d’origine il passait pour apporter chance et prospérité.
Ni une ni deux, nos élus toujours à l’affût d’une opportunité, à la première grande marée, aidés d’un scaphandrier plantèrent le « cadeau » dans un coin du futur port de plaisance.
En 1963,l ’arbre qui avait bien grandi, se parât d’un fruit : une sorte de grosse pomme d’au moins 40 cm de diamètre aux couleurs magnifiques jaune et rouge (or et rubis pour les rêveurs).
Quelques pêcheurs intrigués armèrent alors une plate et partant à la godille, tentèrent d’estimer le poids du fruit. Les résultats, disparates, firent qu’un des pêcheurs proposa de faire venir un cousin de la Grande Terre, affirmant que ce dernier en soupesant les bourses d’un taureau pouvait donner le poids de la bête à 100 grammes près. Un tel fruit ne lui ferait pas peur !

Rendez-vous fût pris et le verdict tomba : 20Kg150 !..

Durant les 5 années suivantes, le fruit grossit merveilleusement et ses couleurs devinrent de plus en plus chatoyantes.
Tous les ans,l’ami paysan le pesait à sa manière et confiait ses résultats à l’Adjoint aux Finances. Ce dernier, matheux dans l’âme, trouva que la courbe des poids du fruit avait la même pente que celles des investissements engagés pour le nouveau port (impôts des Quiberonnais, vente des terrains, emprunts, subventions diverses:nationales, régionales, départementales).

En 1967, notre adjoint aux Finances, demanda au paysan de venir peser le fruit en avril, avant la première utilisation du port, puis en octobre au début de la morte saison.
Le verdict tomba et les estimations les plus optimistes s’avérèrent bien au-dessous des résultats !
Nos élus,tels des alchimistes,avaient trouvé la formule pour transformer le granit breton en or.

Tout le monde se mettait à rêver !
Un collège expérimental serait construit à Beg er Vil ou à Kerné.
Des ateliers (bois,polyester,mécanique) verraient le jour et nos jeunes à la sortie du collège auraient du travail, soit au port, soit dans l’industrie du tourisme.
Une réouverture d’une école d’apprentissage maritime était également dans les cartons.

Les Quiberonnais échaudés par les expropriations imposées lors de la construction du terrain d’aviation dans les années 50 reprenaient confiance dans leurs élus.

Et c’est Ici que commence le cauchemar...

Faute de documents officiels inaccessibles car cachés, égarés ou surtout détruits, ,je risque de faire quelques erreurs sur les dates. Fort heureusement quelques acteurs de l’époque peuvent encore témoigner et nous apporter leurs lumières.

Dès 1968, la création de la SATMOR fut le début de la fin.
Monsieur Golvan nommé président de cette société, émit le vœu de confier la gestion du port au Syndicat Mixte des Ports de la baie de Quiberon, pure émanation du Conseil Général du Morbihan qui par délégation de service confiait PH à la SATMOR.

Au journal officiel du 19 juin 1969, nous retrouvons la date du 14 mai 1969 officialisant les concessions de Port-Haliguen, Port-en-dro(Carnac) et La Trinité au dit syndicat.
La durée de la concession étant fixée à 50 ans,à partir du 1 janvier suivant la date de l’acte de concession,soit le 1 Janvier 2020
Entre-temps les lois de décentralisation de 1983 (loi Deferre) et surtout celle d’août 2004 permettaient aux communes de reprendre leurs ports de plaisance. La loi d’août 2004 précise nettement la définition d’un port de plaisance combiné à un port de commerce et de pêche. La principale source de recette l’emportant nous pouvons donc affirmer que PH est parfaitement éligible et que notre Municipalité doit reprendre le port le 31/12/2019. Le problème des vases ou sédiments restant à la charge de la SAGEMOR, puisque par délégation, elle avait aussi pour mission d’entretenir le port et de lui conserver ses potentialités. Ce qui figure en toutes lettres dan l’Arrêté de Concession. Ce qu’elle n’a jamais observé..

Après cette utile digression,revenons en arrière.

Dès 1970,on vit apparaître les promoteurs immobiliers. Sur les terrains du Mané (communaux et privés) on vit apparaître des immeubles sur les parcelles prévues pour construire des ateliers. Pire,les propriétaires de l’îlot B de Port-Haliguen décidèrent de constituer une Association Foncière Urbaine conformément au titre III de la loi du 30 décembre 1967 pour réaménager leur îlot situé en bordure des bassins du port (sic). A l’occasion, pour faciliter la manœuvre la mairie se porta même caution de l’Association.

Etait-ce le début de l’affaire Arranda ?

Pendant ce temps,la commune de Quiberon continuait à cautionner différents emprunts faits par le Syndicat Mixte des ports, arrivé décidément sans le sou !
Quiberon prenait subitement tous les risques. Ainsi lors du Conseil Municipal du 10/11/1970 (soit 1 an et 6 mois après la naissance de la concession) ref:11.336-2 à l’article 2 on peut lire : « Le Conseil Municipal s’engage pendant toute la durée de la période d’amortissement, à créer, en cas de besoin, une imposition directe suffisante, pour couvrir le montant de l’annuité ». Belle épée de Damoclès ! Presque pire que l’emprunt DEXIA !

Encore un exemple de la bonté des Quiberonnais : Un ouragan en été 1969 ayant réduit les recettes du Syndicat Mixte ce dernier demanda à ne pas payer la location annuelle du moyen de levage des bateaux.16.261,76 francs furent mis au compte des pertes et profits.

Le 27/5/1970, un reliquat de crédit de 210.261,76 francs plutôt que de rentrer dans les recettes de la Mairie fut généreusement remis au Syndicat Mixte pour l’aider à 60% dans la construction des sanitaires de PH.

Cette énumération n’étant pas exhaustive nous allons arrêter là les frais.
Dès 1971, Messieurs Carbillet et Desmas ainsi que tous les conseillers gardèrent à bout de gaffe tous ces gens de Vannes. Et réclamèrent même le remboursement de trois annuités de prêts par Quiberon, à raison de 250 000F l’annuité... C’est M. Rivier, conseiller municipal, qui s’était rendu compte qu’il y avait eu une entourloupette !

Fin des années 80, quelques vieux Quiberonnais, inquiets de l’avenir du vieux port de PH montèrent une association.

Véritables poils à gratter et principaux interlocuteurs du Syndicat Mixte ils eurent tôt fait de déranger d’où la naissance de l’APPH portée sur les fonds baptismaux par le Conseiller Général de la presqu’île, accessoirement président directeur général adjoint de la SAGEMOR.

Si l’on revient à mon cauchemar, je vous assure que notre beau fruit commençait à s’étioler sérieusement. Notre ami paysan à chaque pesée faisait triste mine. Le conseiller chargé des Finances avait mis depuis longtemps ses courbes à la poubelle et nous Quiberonnais commencions déjà à être malvenus à PH !

Vers 1990, le fruit vidé de sa substance fut décroché, seuls les impompables furent généreusement offerts à la ville de Quiberon.

Ne riez pas ! Dans mon cauchemar j’entrevis que Houat et Hoëdic avaient planté les mêmes arbres !!!

Dans mon cauchemar, ficelé et baillonné je voyais,penchés sur moi, les 2 représentants de l’Etat, le Député, 3 conseillers Généraux avec trois casquettes sous chaque bras et dans l’ombre je crus reconnaître deux représentants fantomatiques de la Mairie.

Je fus sauvé lorsque tout ce beau monde sorti de ma chambre précipitamment.

Quelques paroles saisies au vol m’apprirent que le « QUIBERON-CONCORDIA » venait de se mettre au sec sur les « Deux Frères » à Port-Maria...

 A cette nouvelle, dans mon sommeil, je fis un bond,tombai du lit et me fit engueuler par Madame.

Il était 5 Heures,en nage je prie une douche et ne pus me rendormir, je filai à Port Haliguen contempler le désastre...

Trêve de plaisanterie,passons à une analyse sérieuse du sujet.

En résumé

En 1962, nos élus Quiberonnais eurent donc l’idée géniale de construire un port de plaisance à Port-Haliguen, quartier de la Commune de Quiberon très vivant à l’époque.

Pour faire un beau bébé, les Quiberonnais acceptérent d’engager une partie de leurs impôts et de vendre quelques beaux terrains.

Sensés, avant le début des travaux, ils n’hésitèrent à faire des études de faisabilité:en particulier sur l’ensablement(sic) plus que probable du port (on peut lire au C.M du 9/2/1963 : "le conseil donne son accord pour la prise en charge sur le budget communal des frais inhérents à l’étude de l’aménagement d’un avant-port complet et des mesures à effectuer sur place pour tenter de déterminer que seraient les répercussions de la construction de cet avant-port sur l’équilibre des sables. Cette étude entraînera une dépense d’environ 27.000 frs correspondant aux mesures sédimentologiques et aux essais complémentaires en laboratoire(sic). "
Pour se faire une maquette du port fut réalisée et au C.M du 21/9/1963 et après une visite au laboratoire Alfort, le Maire affirma qu’un port de plaisance pouvait être réalisé sans trop de difficultés. A l’époque,l’Ingénieur des Ponts et Chaussées estima le coût à 4.000.000 de francs.)

Il faut dire que nous avions des marins (Etat, commerce, pêche) au C.M capables de discuter et d’exposer leurs idées à l’Ingénieur des Ponts et Chaussées.

Je ne reprends pas le cheminement décrit ci-dessus qui nous amena à la perte à la perte de PH jusqu’au 31/12/2019.

Aujourd’hui

En qualité de simple citoyen,je cherche vainement dans les comptes-rendus des C.M 2010-2011-2012 la trace d’une prorogation (jusqu’en 2062 ? ) de la concession établie en Mai 1969.

Le Maire de Quiberon aurait-il été shunté ?
Je ne le crois pas.!
Alors pourquoi ce silence et où sont les écrits ? Qu’est que ca cache ?

Je m’interroge sur la création rapide de la SPL « Ports du Morbihan » reconnue massivement par nos élus, à la demande du Préfet, lors du C.M du 11 Mars où seul Monsieur Bernard Hilliet vota contre en expliquant sa prise de position et en refusant que Quiberon paye 50 .000 € pour ne plus avoir la parole lors des AG de cette SPL. Ses arguments ne furent pas pris en compte ! Le maire était si pressé !

Après tout, chacun vote selon sa conscience et je ne me permettrais pas d’émettre un jugement sur mes représentants pour qui je n’ai d’ailleurs pas voté mais qui ont été élus démocratiquement avec 27% des voix. .

Après la création de cette SPL, y-a-t-il eu une nouvelle délégation de service public et un nouveau cahier des charges a-t-il été rédigé ? Si oui, quelle date figure dans le document ? 31/12/2019 ou 2062 ?
Si tel est le cas, nous devons dénoncer cette grossière manipulation. mais pour cela il faut des élus qui aient le sens du Service Public... (et quelque chose dans le froc !)

Si une enquête publique doit-être mise en place pour le réaménagement de PH c’est que Quiberon est partie prenante du projet, où Maritime et Terrestre sont indissociables nous a-t-on dit !..

Dans ce cas, forts de l’article L. 1112-15 de la loi n° 2004-809 du 13/8/2004 relative aux libertés et responsabilités locales, un cinquième des électeurs inscrits sur les listes électorales auraient pu demander une consultation à ce sujet (un vote).

Hélas, l’article l.2142-6 de la même loi stipule qu’aucune consultation ne peut avoir lieu à partir du premier Janvier de l’année civile qui précède l’année de renouvellement des conseillers municipaux.

Belle manœuvre Captain !!! C’est de tout cela que notre pays est malade ! De la "combinazione" !...

Plus trivialement dans le C .. la balayette comme diraient nos conseillers généraux venus de la Grande Terre et que nous reverrons bientôt à Quiberon car 2015 arrivera vite . Ne s’étant pas intéressés du tout à nous, car repus, on les reverra alors pour solliciter nos suffrages en nous promettant on ne sait quoi et tout cela avec des sourires niais et intéressés en attendant de tout oublier !...

Que pouvons-nous faire ?

1/ Il faut à tout prix chercher le loup. Pour le moment je sais où est sa tanière mais je n’y ai pas accès.

2/ Utiliser l’article 24 de la loi de décentralisation et les articles L.101-1 et L-601-3 du nouveau code des ports concernant les transferts des ports maritimes même départementaux aux collectivités locales lorsque les recettes d’une branche(ou commerce ou pêche ou plaisance) l’emporte.

A Port-Haliguen la plaisance l’emporte sans contestation bien que nous ne voyons jamais le premier Euro. Et Port haliguen rapporte beaucoup ! Mais pas à nous ! A d’autres ! Et en plus on y est plus sur notre territoire puisque le maire a cédé un morceau de notre commune à un organisme commercial extérieur.

3/ Sinon,rappeler l’article R211-11 du code des ports stipulant que le produit des redevances d’équipement des ports de pêche et plaisance ne peut-être utilisé qu’à des dépenses effectuées dans l’intérêt de la pêche ou de la plaisance et relatives à l’établissement, à l’amélioration ou au renouvellement et à l’entretien de tous les équipements du port et à l’amélioration des profondeurs de ses rades, passes, chenaux et bassins.

Nous Quiberonnais, nous sommes moins gourmands.

Nous exigeons simplement que le concessionnaire ramène les profondeurs d’ origine.

J’ose espérer que le Maire ou ses remplaçants,à chaque réunion avec le concessionnaire, ont fait inscrire sur les PV cet énorme problème de sédiments.

Ces écrits à eux seuls justifient pour eux la perte de PH .Bien évidemment après avoir remis les fonds à la cote d’origine !

En conclusion

1/ La comédie a assez duré.

La municipalité de Quiberon, alertée par des Quiberonnais de surcroît professionnels de la mer, aurait dû faire faire par des spécialistes assermentés plusieurs campagnes de sondage pour déterminer le taux et la vitesse d’envasement de PH et consigner ces résultats dans les PV de réunions " Syndicat mixte des ports/Mairie/Sagemor"

Afin de parer tout oubli, un courrier recommandé en A/R comprenant ces résultats et une lettre de mise en demeure aurait permis à une éventuelle nouvelle équipe municipale en 2014 de reprendre les choses en main avec des arguments imparables.

PH enlaidi et envasé a assez donné à ses nombreux demi-frères ( Et oui,les Quiberonnais ne sont officiellement Papas que de PH et ce depuis 1962. Nous estimons avoir été lésés dès le début de l’aventure ).

Les recettes de PH n’ont pas à servir pour mettre en valeur le château de Suscinio (perdu par la SAGEMOR au bénéfice de la SAUR en fin de concession :étrange n’est-ce-pas ?), Poul-Fétan, et autres éléphant blancs inconnus (cf rapports de la Cour des Comptes au sujet de gueuletons, d’hotels et de bagnoles) etc...

.
2/ Il est temps de reprendre les choses en main.

Il est inimaginable d’attaquer un chantier quasi-pharaonique sur un site renfermant encore 100.000 M3 de vase après comblement de la petite plage.

Nous pourrons, prochainement, ouvrir un dossier technique pour "démonter" le projet proposé et semble-t-il immuable depuis début 2012 ou antérieurement.

La construction du tunnel de Kérino et l’évacuation des vases ne semble pas poser de problème à la ville de Vannes. Pourquoi y-en-aurait-il un à Quiberon ?

Nos amis Belges et Hollandais maitrisent depuis longtemps la technique.Encore faudrait-il avoir quelques anglophones dans l’Equipe.

Le port ayant retrouvé ses fonds, je nous vois très bien (Quiberonnais de toutes origines) penser et construire " notre PH " que nous laisserons à nos descendants et qui dans ces temps difficiles apportera du travail sur la presqu’île.

Maîtres d’oeuvre, et surtout Maîtres d’ouvrage, nous pourrons établir un calendrier des travaux facilement respecté tant les recettes semblent énormes.

Evidemment ce projet sera Quiberonnais ou Presqu’îlien et ne devra en aucun cas passer aux mains d’une "major".

Saint-Tropez (3857 habitants) a repris ses ports en 2010.Pourquoi Quiberon ne le ferait-il pas ?

Les Tropéziens ont eu Brigitte.Nous, nous avons la Baie paraît-il la plus belle du Monde mais inexploitée.

Je vais employer un gros mot à notre époque : ENTREPRENDRE

3/ Certains lecteurs diront : « Que d’efforts pour livrer PH à l’Intercommunalité ! »
Pour ma part,je nous vois très bien garder la main sur nos 2 ports,n’ayant aucune envie de m’investir dans un élevage de porcs...

A chacun son métier et comme on dit dans les différentes marines ( qu’importe la couleur de la cheminée !! ) : chaque put..n dans son bordel

4/ Jeunes Quiberonnais : c’est une partie de votre avenir qui se joue. A tous les postes, je suis certain que vous auriez une place dans ce port.

Reprenez confiance en vous et surtout ne vous sous-estimez pas.

5/ Aux Quiberonnais et Amis de Quiberon disséminés en France et dans le Monde entier, aidez-nous par vos idées neuves et vos expériences diverses.
.

6/ A nos Ainés, retrouvez vos 20 ans et émettez vos idées. Nous vous respectons tous et pas qu’à l’approche des élections. Racontez-nous des histoires de votre Port-Haliguen et des visites de l’Escadre.
.

7/ Merci Patrick pour cette tribune. En épluchant le dossier je me suis rendu compte du problème et j’ai partagé ta rancœur et ta colère .... Je comprends maintenant ce sur quoi tu t’es battu pendant deux décennies, allant jusqu’à risquer ta carrière ...

8/ La mer et Quiberon nous rapprochent et nous gagnerons.

Merci à tous et bon vent .

PS : Et si la prochaine fois nous parlions des routes d’accès à PH et des chemins communaux,dits chemins des douaniers ?
N’oublions évidemment pas Port-Maria que certains disent en péril !

Le Guennec Jean-Claude


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1258 / 196532

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Démocratie locale chez les oligarques...   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License