@Quiberon
Enfin !

Quiberon : municipales 2014...

On y arrive !
vendredi 14 février 2014 par Patrick LUCO

"Va-t-on passer de l’ombre à la lumière ?"

Il y a une trentaine d’années un politicien bien oublié avait lancé un de ces aphorismes qui faisaient la joie des fins de banquet sous la IIIème république. Un de ces banquets d’où ressortaient au petit matin et à petits pas laborieux des sommités politiciennes bien fleuries qui se dirigeaient furtivement pour les uns vers la maison publique du coin de la rue, et pour d’autres vers le caniveau....

Ce politicien bien avisé espérait d’évidence le retour aux délices vénéneux de la III république qui comme chacun sait, a fini dans la honte et l’opprobre en 1945 après un séjour touristique à Sigmaringen. Lui succédant, et l’espoir revenant en 1946, la IV se mit très vite à dériver avec les mêmes, préférant les ballets roses, ou bleus - on ne sait plus- avant de céder la place à un système bien plus rationnel mis en place par un géant de notre Histoire multi-millénaire.

Depuis quelques temps, les choses étant ce qu’elles sont, nous avons un retour marqué aux pantalonnades qui faisaient le charme des républiques de nos parents et grand-parents..

Peu à peu le système s’est mis à dériver sous prétexte de modernisation. Ah, la "modernisation" !... Modernisation en effet prétexte commode et fourre-tout facile pour imposer un ordre nouveau qui a fait le bonheur des républiques totalitaires.

En effet, le Peuple Souverain se voit régulièrement appeler à voter pour choisir ses représentants. Lequel Peuple se voit par la suite contester sa souveraineté par des forces qui ne le supportent pas au point de la lui confisquer d’une manière ou d’une autre. Le Peuple ne vote pas bien !... L’exemple parfait fut le référendum sur l’Europe" ! Le Peuple avait dit non ! Et des forces obscures avaient fait revoter les mêmes représentants du Peuple pour dire "Oui" à la fin de la France...

Depuis, on a fait d’une manière "démocratique" beaucoup de progrès.

Les officines qui taillent les circonscriptions électorales à coups de ciseaux se sont alors depuis remises au travail pour ajuster les modes de scrutin à leurs besoins partisans.

Dans quelques semaines, ce seront les élections municipales. Ce sera une occasion pour rebattre les cartes d’une manière démocratique et républicaine et par conséquent renouveler le cheptel. C’est donc une obligation que d’aller voter. Car c’est une solution paisible et apaisée selon la sémantique actuelle pour le faire.

Ici, plusieurs listes électorales menées par des leaders éminents seront en lice pour le meilleur, ou... pour le pire !

Le résultat du vote municipal produira t-il une assemblée réellement représentative de la Cité ? En d’autres termes ce mode d’élection tel qu’il est institué depuis quelques années, est-il bien "démocratique" ?

.

La loi qui modifie le système électoral tel que nous le connaissions jusqu’aux dernières élections municipales dans les communes de 1000 à 3500 habitants met à terre tout un pan de la démocratie au sens réel du terme. Ces communes sont la majorité en France.

Les Conventionnels, au moment de la Révolution avaient mis en place un nouveau système administratif pour remplacer celui de l’Ancien régime. Le premier échelon représentatif mis en place à cette occasion fut celui de la Commune.
Ce fut alors l’instauration d’un système représentatif qui reposait sur un vote libre du plus grand nombre de citoyens quel que fût leur ancien ordre d’origine, sur le principe : "un homme , une voix".
C’est au début de 1790, qu’eurent lieu partout en France, dans toutes les communes, les premières élections municipales au scrutin nominal et à deux tours selon le système de la majorité absolue puis relative. C’est la première fois qu’en France un citoyen valait une voix.

L’électeur choisit alors celui qu’il estime digne de le représenter...

Pour moi, cette notion de choix est extrêmement importante. Ce que les législateurs actuels ont décidé de faire ne correspond pas du tout à l’idée que je me fais de la représentation démocratique. Et c’est mon opinion.

En effet, aujourd’hui, pour les futures élections portant sur les communes de 1000 à 3500 habitants, les législateurs, représentant leurs partis (des clubs en fait) ont décidé de supprimer ce mode de scrutin pour l’aligner sur celui des communes de plus de 3500 habitants, imposant le scrutin de liste entière sans choix de personnes et par conséquent sans rature , ni ajout.

C’est-disent-ils- parce que c’est plus commode à traiter par les scrutateurs. Dire que depuis 1789 on a inventé l’informatique !...

Tout ce qui faisait le charme et l’intérêt du mode de scrutin électoral et nominal, avec liste entière ou partiellement biffée, avec rajout de candidats en papillon, résidait sur le choix de personnes connues et estimées de la population. Chacun ayant de très bonnes raisons de choisir, de raturer, d’ajouter des noms et par conséquent de composer à son idée la nouvelle municipalité. Ce choix était l’expression de l’idéal démocratique au sens vrai du terme. Ce mode de scrutin, déplaisant pour les caciques de parti, est vite venu dans leur collimateur. C’est ainsi qu’en 1983 , ici à Quiberon, j’avais pu assister à l’élection du maire par des élus que l’on avait pu choisir nominativement pour leurs qualités parmi six listes... Après en 1989, ce fut le début de la fin de la démocratie locale, ici, à Quiberon comme dans beaucoup de lieux dans le Pays.

Maintenant, avec cette loi, les noms des élus seront déterminés préalablement par l’ordre sur la liste et par la répartition des voix.

Il n’y a plus égalité entre tous les candidats. Il y a tricherie !... Les dés sont pipés par ceux là même qui n’ont que le mot "égalité" à la bouche oubliant sa signification et le sens que les constitutionnels lui ont toujours donné en France...

Pourquoi donc ont-ils commis un tel forfait ?

"Ils" disent que c’est pour la stabilité du corps électoral. "Ils" disent aussi que c’est pour qu’il soit efficace dans le temps et éviter les effets perturbateurs d’électrons libres... Electrons libres qui peuvent entraîner des effets improbables pour les état-majors de partis... Ce qui peut être dangereux pour la distributions des prébendes...
Personnellement, je ne vois là que la mainmise des appareils politiques sur la composition des corps électoraux, pour par exemple polariser la composition de la Chambre haute lors des sénatoriales, et aussi pour polariser les assemblées des collectivités locales, les Syndicats mixtes, les sociétés publiques, et les communautés de communes.... Toutes sources de revenus.
Et aussi pour polariser dans un sens ou un autre la politique intracommunautaire... Avec les résultats que nous connaissons : déstructuration de notre société, imposition d’idéologies délirantes, chômage, pauvreté, et j’en passe.

On nous a donc confisqué la Démocratie.

Pour l’instant, la formation des listes électorales pour mars 2014 repose encore sur les listes composées -en apparence- de personnes d’horizons divers.

Il est à parier qu’après, ces listes deviendront politiciennes avec le succès que l’on connaît au niveau national. Ces listes seront composées et soutenues de différentes manières par les partis politiques.
Il faudra être bien vu à la cour pour figurer sur une liste. La municipalité ne fera pas une politique au nom des citoyens de la commune, mais conformément à ce qui aura été décidé par l’appareil politique du parti, conformément aux décisions du bureau politique après des séminaires d’été, et ce selon les buts et idées traités dans des "think-tanks" . Un vrai cauchemar anti-démocratique.

Pour exister, il faudra avoir la majorité , ou pas. La vie municipale des petites villes dont la notre sera régie par le même système qui prévaut dans les grandes villes.
Le maire on ne le verra plus qu’à la télévision s’il est du bon bord, ou sur le marché du samedi matin au moment des élections...
Viendra le temps pour Quiberon de parachutés par tel ou tel parti. Individu inconnu des citoyens et mis en place pour l’occasion. Triste sire qui, méconnaissant les us et coutumes locales d’une société encore traditionnelle, s’ingéniera à imposer d’autres structures sociétales venues d’ailleurs. Individu capable d’’opposer les locaux devenus minoritaires aux nouveaux arrivants devenus majoritaires. Locaux, qui n’arrivant même plus à travailler, à vivre et se loger sur la terre de leurs aïeux n’auront plus que le choix d’aller se loger au Gumenen ou plus loin encore, devenant eux-mêmes déracinés ou apatrides...

Pour moi, il était bien plus démocratique de sanctionner d’une manière ou d’une autre le conseiller qui n’avait pas été satisfaisant plutôt que de jeter aux orties toute une liste parce que deux ou trois éléments auraient failli.

Cette nouvelle loi électorale enterre le mode de scrutin le plus démocratique qui soit.

On n’a pas fini d’en mesurer des effets indésirables... On l’a observé ici il y a 6 ans !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 626 / 195248

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Démocratie locale chez les oligarques...   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License