@Quiberon

Quiberon : "CLUIPP"

mardi 1er juillet 2014 par jc-leguennec

Au Palais des Congrès de Quiberon nous n’étions qu’une petite trentaine à avoir répondu à l’invitation de monsieur Le Méro, directeur des espaces littoraux et activités maritimes. Ce dernier, au nom du président du conseil général qui est aussi le PDG de la « SPL compagnie des ports du Morbihan » , avait convié conformément à l’article R622-3 du code des ports maritimes les membres du "CLUIPP".
Ayant horreur moi-même des sigles, je vous en donne la traduction : "Comité Local des Usagers permanents des Installations Portuaires du Port de Plaisance" et en l’occurrence Port-Haliguen -

Pour la compréhension de tous, je me dois de rappeler cet article du Code des ports maritimes : :
« Le CLUPIPP comprend les titulaires d’un contrat d’amodiation ou de garantie d’usage de poste d’amarrage ou de mouillage et les bénéficiaires d’un titre de location supérieur à 6 mois délivré par le gestionnaire du port. Leur liste est tenue à jour par le gestionnaire du port. L’inscription sur la liste s’effectue sur la demande de l’intéressé assortie de justifications appropriées.
Le CLUPIPP se réunit au mois une fois l’an sur ordre du président du conseil général (pour les ports départementaux) ou du maire pour les ports communaux »

Une fois inscrits, les membres de ce comité élisent pour 5 ans leurs représentants qui auront à participer aux conseils portuaires.
C’est ainsi qu’élu en 3ème position au printemps 2012, je me suis retrouvé avec seulement le « bob » de suppléant. Pour la casquette de titulaire on verra cela plus tard si je suis sage !
Pour marquer la solennité de la « chose » je fus nommé officiellement à ce poste en octobre 2012 par arrêté du président du conseil général. Ce n’est pas un papier du Bégo !!!

C’est donc en cette qualité de suppléant que je me dois de vous faire un compte-rendu que je déclare sincère et véritable. J’ai volontairement shunté des problèmes peu importants – disons d’intendance- pour ne garder que les problèmes que je juge sérieux. Certains diront que c’est subjectif ou partisan. Après tout les membres n’avaient qu’à être là et je me tiens à disposition des Quiberonnais et amis de Quiberon qui voudraient des explications au sujet de ce qui va suivre.

Voici le compte-rendu :

Nous fûmes reçu par Monsieur DEVYS- directeur adjoint – et par monsieur F.NOEL- fonctionnaire attaché à la direction des espaces littoraux et des activités maritimes- . Tous deux de Vannes.
De Quiberon était présent monsieur HERISSET -capitaine du port de Port-Haliguen-
On nous présenta monsieur GUEZET actuellement à Hoédic mais devant seconder pour l’été monsieur HERISSET. Avec un tel nom, je ne doute pas qu’il fera une bonne et longue carrière à la SPL. Après tout, s’il sort de Navale,de l’Hydro ou des Glénans pourquoi pas. Dans le coin nous avons bien un fils de.... qui classe les menhirs !
En émargeant la feuille de présence il nous fut remis à chacun un micro-document de 4 pages (10 chapitres quand même). Je vous propose d’y de revenir ultérieurement car une photo sur la page d’accueil m’a remué voire scandalisé. Outre ce document nous eûmes les résultats d’exploitation 2013 et le prévisionnel 2014.

Dès l’ouverture de la séance, je fis part de mon étonnement de ne pas voir de représentant de la nouvelle municipalité. Contrairement aux autres années, monsieur Frank Noël avait oublié de prévenir le Maire qui certainement aurait désigné le conseiller adjoint à la mer et à l’environnement. Pour une fois que nous avons un professionnel !!

Mon étonnement était d’autant plus grand que cette réunion se déroulait au palais des congrès-immeuble jusqu’à nouvel ordre propriété des Quiberonnais car payé par leurs impôts et construit sur le sol Quiberonnais. Comme l’est d’ailleurs le port dont il est question...

Là aussi ne serions plus maîtres chez nous ? . Aurait-il été cédé à la SPL ?
Plus sérieusement, nos Vannetais craignaient-ils de se trouver entre le marteau et l’enclume ?

Je m’explique : la double présence de Quiberonnais vindicatifs (car s’estimant dans leur droit ) et des représentants de la nouvelle municipalité leur faisait-elle peur ?
Pourquoi le directeur du port de Port-Haliguen- j’ai nommé le conseiller général du canton de Quiberon monsieur Gérard Pierre- était-il absent ?

L’absence de « ténors » de l’APPH fut aussi remarquée car inhabituelle !
En un mot, cette réunion imposée par le code maritime n’était-elle qu’une simple prise de température de la « SPL compagnie des ports du 56 ? »
A cette occasion, je dois vous dire que ses représentants la nomme pompeusement « La Compagnie », ne pas confondre avec la CIA, désignée aussi par les spécialistes "The Company"...

Dans le maritime, je ne connaissais jusqu’à maintenant qu’une « Compagnie ». J’ai nommé la Compagnie Générale Transatlantique qui elle aussi avait plus de directeurs que de navires (pourtant nombreux). Ces nombreux messieurs, aidés par la CGT personnel ADSG, firent que « LE FRANCE » commandé par le Général, soit condamné et exécuté par Giscard ! Tout un symbole en quelque sorte !...

Ce magnifique paquebot fut longtemps amarré dans le grand canal maritime du Havre au milieu des célèbres vaches normandes. Une nuit d’été, je le vis sasser dans l’écluse François 1er et embouquer le chenal sous remorque à l’état d’épave. Quelque années plus tard, j’eus l’honneur de le piloter à l’entrée du Havre sous le nom de « NORWAY ». Je garderai toujours en mémoire les éloges du commandant Norvégien. Il flattait ses qualités nautiques, était tombé amoureux de l’étrave : faite d’une seule pièce dessinée par nos ingénieurs Nazairiens et affirmait que c’était son plus beau commandement. Il ne comprenait pas que l’Etat français ait laissé partir un tel navire. Il faut dire que nos politiques n’ont jamais rien compris à la mer. Savent-ils que les capitales des grands pays baignés par la mer sont toutes reliées à un grand port ? Où en est le Grand Paris souhaité par messieurs Ruffenach, Fabius et Delanoë pour une fois d’accord ?

Le mouillage du NORWAY en baie de Quiberon fut un beau cadeau offert aux Presqu’îliens, aux gens des environs et de bien plus loin. Malheureusement, il fut la cause involontaire du drame que nous avons tous en mémoire et qui est rappelé par une plaque commémorative scellée dans un rocher de Toul-Bihan.

Je vous prie de m’excuser de cette longue parenthèse. En l’écrivant, je pensais au commandant Cailloce, ancien commandant du célèbre « Ile de France » et je me demandais ce qu’il penserait de l’état de nos 2 ports Quiberonnais. Lui qui était tant attaché à son port Haliguen ? J’associe évidemment tous nos anciens marins et je reviens à nos petites préoccupations et à nos petits hommes.

Petits hommes tellement peu sûrs d’eux et de leur SPL qu’un de leurs directeur raconta une histoire à dormir debout à notre directeur général des services avant les élections. : La SPL aurait été montée pour éviter que des Quataris s’emparent de nos ports... Est-ce que la perte par la SAGEMOR de la délégation de service public du château de SUSCINIO au profit de la SAUR leur aurait donné la trouille ?- sans doute-. En tous les cas la reconnaissance express imposée par le préfet nous reste en travers de la gorge. Un point extrêmement positif toutefois : dans leur précipitation ils écrivent reprendre les anciennes concessions !

Avant de vous relater les points intéressants discutés lors de cette réunion je voudrais revenir sur la photo de « L’Ondine » figurant sur le micro-document de travail mais aussi sur les différents dépliants publicitaires de la Cie.
L’Ondine et le pêcheur trônant aux extrêmités des jetées du vieux port de PH furent offerts à la ville de Quiberon par le sculpteur Berlinois KARSTEN KINGBEIL . Nous possédons un article de monsieur Jacques Le Corre relatant ce fait.

En introduction :
« Tombé sous le charme de Quiberon il y a 15 ans, le sculpteur K. Kingbeil souhaite voir préservé le Vieux Port-Haliguen. A sa manière, il a décidé de défendre le port d’échouage (qui pourrait faire l’objet d’une mise en eau par le syndicat des ports du Morbihan) en offrant 2 statues de bronze à la ville de Quiberon. Thèmes de cette double œuvre : Un pêcheur regardant une belle ondine s’apprêtant à plonger dans les flots. L’inauguration est programmée vendredi 1er mai.
Interview :
Question :
Aujourd’hui, c’est vous qui offrez 2 sculptures à la ville de Quiberon. Pourquoi ?

Réponse de l’artiste :
Parce que je suis très attaché à Quiberon. J’ai découvert ce petit port il y a 15 ans, alors que je faisais un séjour à la thalasso. Je suis tombé amoureux du site. J’y ai acheté une maison. J’y séjourne la moitié de l’année...
Mais des menaces d’aménagements-que je juge malvenus- pèsent sur le vieux Port-Haliguen. Pour sensibiliser les gens à la beauté du port et attirer l’attention sur ce patrimoine, j’ai décidé de faire cadeau de 2 statues en bronze à la ville. Le 23 mai 1997, Jean-Michel Belz, le maire, a accepté ce don par un acte officiel. Les 2 statues seront dévoilées pour la première fois le vendredi 1er mai. J’espère qu’elles plairont au public....

Ceci se passait en 1998. Malheureusement en 2012 monsieur Belz - toujours maire – semblait avoir oublié cette belle cérémonie puisqu’il se faisait le chantre du bassin à flot dessiné rapidement par la SAGEMOR !

Cette partie du vieux port me semble maudite. En effet, je ne manque jamais l’occasion de rappeler la disparition de l’optique et du mécanisme du phare. Les plus optimistes me disent qu’il nous reste le phare qui aurait pu tomber tant la faille dans la digue était importante. Longtemps signalée mais au final heureusement traitée !!!

En compulsant des documents difficilement glanés à la mairie je découvris qu’à la séance du conseil municipal du 11 janvier 1967 ouverte à 17h00, l’article -10354- Port de Plaisance-Immeubles des phares et balises que je vous cite :
Après l’exposé de M. Carbillet au nom de la commission des finances.
Les explications et indications supplémentaires ayant été fournies par M. le sénateur-maire,
Considérant la nécessité de rechercher dans un esprit de collaboration la meilleure solution à intervenir pour incorporer dans la zone portuaire du port de plaisance de Port-Haliguen l’immeuble et le terrain cadastrés sous les N° 153 et 154 de la section AO, appartenant à l’état (administration des phares et balises),
Le conseil municipal unanime propose, au nom de la ville de Quiberon, maître d’oeuvre des ouvrages portuaires d’échanger, sans soulte, un appontement situé sur le brise-lame au départ de l’angle formé par ce brise-lame avec le môle sud, contre l’immeuble et le terrain cadastré comme il est dit ci-dessus, propriété appartenant à l’Etat (services des ponts et chaussées, phares et balises.)

Que de démarches à l’époque pour qu’à ce jour il ne nous reste rien !
J’exagère car j’oubliais les 150.000 M3 de vases jamais draguées en plus de 40 ans
C’est l’illustration de l’expression de « Tintin au Congo, avec nous dans le rôle des Congolais » chère à Patrick Luco !

Venons-en à la réunion

1- Grille comptable :

Une grande partie de la faible assistance n’eut que quelques minutes pour prendre connaissance des chiffres que je vous ai commentés le 8/01/2014 dans ce blog.
Un participant visiblement au fait de la lecture d’une telle grille se fit expliquer à la rubrique : « Dotations d’exploitation » les 2 lignes amortissements. Une explication nous sera apporter dans le compte-rendu qui nous arrivera bientôt.
Ce même participant se fit confirmer la provision faite pour le dévasage.

2- Micro-document :

A/ Il faut noter que le nombre de contrats mensuels (617 en 2013) a augmenté de 17% (527 en 2012) mais que le nombre de mois (2,87 par contrat en 2013 : soit 1773) a diminué de 24% (3,8 mois par contrat en 2012).
J’espère que cette diminution était seulement due à la grave crise économique et à la météo
B/ Monsieur Gildas Gouarin n’eut toujours pas la réponse à sa question concernant le retrait d’un copropriétaire ou d’un décès. Qu’advient-il du contrat dans ces 2 cas ?

3 – Point de vue technique :

A/ La présentation de la nouvelle darse de manutention de bateaux ne fut pas très claire.
Faute d’un plan d’ensemble, le plan détaillé était difficilement compréhensible par des béotiens comme nous.
Nous apprîmes toutefois que l’ingénieur maison ne pouvant tout connaître(sic) il avait été fait appel à ARCADIS grand spécialiste en ce domaine
Nous sommes donc sauvés !

Une remarque toutefois : je n’ai jamais vu entreprendre un chantier naval ou terrestre avant de le rendre propre au départ.
Je m’explique : on monte une structure neuve que l’on souhaite performante sur un tas de vase- +2M00 au dessus du zéro des cartes. On marche vraiment sur la tête dans notre Morbihan, département maritime s’il en est !
Les mauvaises langues- dont je fais partie- disent que ces travaux précipités sont une façon de marquer le territoire. Voyez, on engage votre argent que vous devrez rembourser si vous avez l’outrecuidance de récupérer votre port comme vous en avez le droit !

B/ Digue semi-submersible
Là aussi j’ai eu l’occasion dans ce blog d’exposer mes extrêmes réserves en ce qui concerne le domaine nautique et la sécurité qui va avec. Je vois ces plans comme des attrape-nigauds qui doivent être présentés lors des porte à porte auprès des riverains . Lorsque j’étais gosse, il y avait toujours un Arabe à procéder ainsi pour vendre des tapis du pays made in Roubaix.

Je crains beaucoup que pour les terre-pleins- nécessaires pour évacuer 53.000 M3 de vase- ils nous fassent le « coup du chapeau » : on comble la petite plage et on s’en va !. Cette petite plage maintenant nommée « »plage de fond de port » et pourquoi pas dépotoir possède un avantage : celui de pouvoir s’échouer en catastrophe en cas de voie d’eau par exemple. D’où l’extrême vigilance que doit avoir la nouvelle municipalité !

En outre en dehors de la dangerosité d’une digue à +3m00 ( navigation, évitage, zone d’abri de navires en cas de catastrophe dans la baie) et de la création d’un mini plateau continental, se posera le problème des odeurs et des eaux sales. Les Quiberonnais connaissent parfaitement le « Toul Prieu », ancienne décharge bizarrement non-répertoriée et qui recevait certaines nuits des camions venant du pays Lorientais en particulier. Ces camions et leur chargement réveillaient le quartier à tel point qu’un riverain excédé sortit le fusil. Il est important que des « indigènes » rappellent ces faits : on nomme cela la « mémoire d’un pays ». Pratique qui doit bien évidemment perdurer.

Je vous parle du « Toul Prieu » car né au Roch Priol, avec les copains du village nous en avions fait notre terrain de jeu. Les fûts vides et les planches servaient à faire des radeaux que nous montions de l’autre côté de la route et que nous faisions naviguer dans la carrière en eau-avec une île au milieu-. Cette carrière a disparu, remplacée par des maisons d’habitations.

Ce « Toul Prieu » figure comme futur parking sur les plans de la SPL approuvés par l’ancienne municipalité qui avait pourtant en son sein un gars du Roch. Qu’a-t-il fait et qu’a-t-il raconté à cette occasion ? A Quiberon comme vous le savez tous, il faut être élu pour avoir raison. Les élus connaissent-ils tous Quiberon et les dangers cachés ?
Le gros danger du « Toul Prieu » réside dans ses exsudats jaunâtres qui par le « Val fleuri » finissent dans le vieux port que ces messieurs voudraient garder en eau.
A Port-Haliguen, comme à Port-Maria les eaux pluviales se déversent par un émissaire dans le port.

Quand on connaît la porosité (c’est un euphémisme) des drains en sous-sol on sait que que les eaux pluviales et usées flirtent et se mélangent dangereusement avant de terminer dans nos 2 ports.
Les orages de plus en plus fréquents et leurs pluies torrentielles nous en donnent la preuve régulièrement.

Heureusement, le nouvel adjoint délégué à la mer mais aussi à l’environnement connaît parfaitement ce problème et n’est pas du genre à s’en laisser compter. Long-courrier puis pêcheur il saura remettre les choses d’équerre et protéger nos 2 joyaux maritimes.

Puisque l’on parle météo et changements climatiques, les hauteurs des supposés terre-pleins à PH2 sont revus à la hausse de 50 cm. Cela les ramènerait à la hauteur du vieux Port. Ce n’est guère encourageant quand on sait que dans certaines conditions les pontons du vieux port dépassent de la route. Dans ces moments-là, riverains consolez-vous cela ne dure pas longtemps puisque la « Compagnie » a inventé la marée descendante. Si vous n’avez pas d’annuaire donnant la hauteur d’heure en heure, apprenez la règle des douzièmes !

C/ Nous venons de parler de terre-pleins nouveaux et ceci nous amène inévitablement aux vases.
Ce problème longtemps nié par nos « Politiques-Commerçants » est devenu une évidence qui les a amené à nous dessiner un port, style « inventaire à la Prévert ». Malheureusement pour nous ils sont loin d’être poètes. Si au moins ils avaient eu une once de sens marin au lieu de gérer nos lieux de vie en petits commerçants et d’en faire une vasière !

Nous avons appris que les volumes étaient à la baisse : 130.000 m3.
A ce sujet, il semble indispensable que la nouvelle équipe municipale exige un état des lieux confirmé par une société sérieuse et compétente en la matière. Je pense à IDRA Environnement ayant pour clients quelques ports n’hésitant pas-peut-être contraints-à faire appel à leurs compétences tous les ans ou 2 ans et non quarante ans
Pourquoi ce que l’on exige facilement d’une société privée est-il si difficile à négocier avec des politiques ?
Nous en revenons au fameux « plat de lentilles » toujours promis mais jamais présenté et tout cela sur le dos de la population Quiberonnaise.
N’oublions pas que pendant longtemps, un presqu’îlien- conseiller général du canton de Quiberon-fut de facto directeur de Port-Haliguen. Pour qui a-t-il donc travaillé ?

Le mal étant fait vous devez vous demander comment « The Company » compte nous débarrasser de ses vases ?
Au moins cher possible évidemment et la solution trouvée m’aurait fait rire si elle avait été exposée par un politique mais venant d’un ancien marin elle me « coupa le sifflet » !

Des 130.000 M3 seuls 53.000 serviraient à la construction des providentiels terre-pleins à PH2.
Les 77.000 autres resteraient dans le port. Ceux-ci seraient répartis en fonction des postes et des tirants d’eau des navires. Ces vases anciennes mais quand même manipulées pour les répartir resteraient scotchées au fond- comme les 22.000.000 de M3 entreposés à l’embouchure de la Vilaine, sans doute responsable de la situation de PH. Le merlon, même à marée basse, ne bougerait pas nous a-t-on affirmé et ce malgré les hélices des bateaux pourtant souvent violemment utilisées lors des manœuvres.
Fort de cela, des portes seraient construites dans les digues pour favoriser un balayage des fonds par les courants de marée qui éviterait que de nouvelles vases ne précipitent dans l’enceinte portuaire.

Les arrêtés préfectoraux n’ont pas fini de tomber pour nous interdire toute pêche à pied. Les fournisseurs de panneaux vont rapidement faire fortune.

Au fait, les touristes, à la plage ou à la pêche, ne cherchent-ils pas des distractions peu onéreuses voire gratuites ?. Que représente un port mal entretenu et aux recettes confisquées par rapport au flot de gens séjournant sur la presqu’île et qui participent à l’économie locale ?

Je croyais avoir tout entendu mais non. Il nous fut dit que des réunions avaient eu lieu au siège de la "Company" avec notamment des représentants d’associations écologiques qui acceptèrent facilement ce principe de partage des 130.000 m3. La Cie et les représentants de l’état (préfet et sous-préfet) doivent nager dans le bonheur. Le déroulement des carrières ne sera pas affecté par une bande de Quiberonnais empêcheurs de tourner en rond ! Ouf !
Comme les représentants de la Cie- non politiques ce jour-là- nous affirmèrent que les relations étaient bonnes avec les élus locaux ( d’avant ou/et d’après les élections municipales) je me demande ce qui se trame et qui ment ?

D/ Le problème des vols et dégradations fut évoqué. Il y en aurait peu alors faut-il des caméras jugées intrusives ou des rondes ? En sachant que le danger vient particulièrement de la mer.
En tous les cas une grande majorité fut contre les barrières.
Depuis le 11 septembre 2001 (attentats de New- York), les ports de commerce ne sont plus accessibles. Ceux de pêche et de plaisance doivent le rester. Les vocations naissent sur les quais et les emplois dans les métiers de la mer sont nombreux et non pourvus. N’y aurait-il que monsieur Mélenchon à s’en être aperçu et à vouloir relancer les ports ?

A cette occasion, je félicite la nouvelle municipalité d’avoir libéré l’accès à Port-Maria. C’est un très bon début ! Un port par nature doit être ouvert à tous...

E/ Des questions sur le réseau Wi-Fi furent posées. Les mâts seraient gênants . Il serait intéressant d’enquêter dans d’autres ports.

Météo : Les données des capteurs installés sur divers ouvrages en mer et à terre (phares, ENV et sémaphores) seront disponibles . Il était temps, le XXIème siècle est quand même bien entamé !
Espérons que les vapeurs de mercure n’empêcheront pas les techniciens d’intervenir dans les phares !

Le topo habituel sur les passeports escales nous fut servi. A l’occasion je demandai si un port communal pouvait y adhérer. La réponse fut OUI !

La gestion informatique suit son cours et avance

La réunion se termina vers 16h45.

Tout au long de cet exposé je vous ai fait part de mes sentiments.
Depuis maintenant 2 ans j’apprends et découvre quotidiennement des choses incroyables que je me garderai de divulguer ici.
Les dates de fin de concession, les 2 lois de décentralisation et le non-respect du cahier des charges de 1969, 1971 etc...... et en particulier de l’article R211-1 du code des ports maritimes nous permettent de récupérer ce port. Je dirais même nous imposent de le récupérer pour nos jeunes et nos descendants qu’ils soient Quiberonnais de souche ou de cœur.. Ce point a été rappelé par Patrick LUCO qui a déclaré que ce n’était qu’une question de volonté politique pour reprendre ce qui appartient aux Quiberonnais...

Politiquement nous sommes dans un brouillard à couper au couteau et le radar est en panne. Combien de temps les conseils généraux tiendront-ils et s’ils subsistent de quelle couleur seront-ils ?

Si PH passait sous la coupe du conseil régional serait-il prioritaire ? J’en doute. La prétendue cagnotte mise de côté pour PH aurait tôt fait d’être absorbée et employée à autre chose.. Nous serions une nouvelle fois les cocus de l’histoire.

Dans ces temps extrêmement difficiles il nous faut récupérer nos outils perdus.
Lors du conseil municipal du 27 juin 2014 nous avons appris que les recettes apportées par le Casino étaient en baisse de 200.000€ et que l’horizon était sombre (Futurs casinos concurrents de Vannes et Larmor-plage)
Par ailleurs, l’emprunt toxique longtemps nié par la municipalité précédente ne cesse d’augmenter. On parle d’un surcoût de plus de 200.000€ pour l’année 2014. Belle performance !!!

Réfléchissez bien. Si nous perdions PH ce serait définitif et nous ne pourrions pas dire que nous ne savions pas.

Merci de m’avoir lu

Le Guennec J.C.H


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1204 / 195224

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Démocratie locale chez les oligarques...   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License