@Quiberon

Le Gourinis est-il une "pollution" potentielle ?

Des irisations pétrolières en surface laissent-elle présager une pollution ?
samedi 12 mai 2007 par Patrick LUCO

Cela fait 12 jours que le Gourinis est au fond à côté de la Teignouse. Il y a eu un peu de "mouvement" de mer sur une carcasse malmenée par des manipulations plus ou moins ratées. Faut-il craindre une pollution catastrophique pour l’image de Quiberon et des alentours ? En effet, on arrive à la "belle-saison", et il serait particulièrement catastrophique pour notre belle cité et celles des alentours (Carnac, La Trinité, Belle-Ile) que les soutes du Gourinis laissent fuir huiles et gazoles...

On nous dit que des moyens réels et suffisants vont être mis en oeuvre pour renflouer le bateau. On n’a vu arriver qu’une petite barge ostréicole munie d’un petit bras hydraulique...

Le Préfet Maritime, lui, bien conscient des problèmes engendrés par cette épave dans un lieu touristique a enjoint les responsables et propriétaires de l’épave de la faire dégager de là au plus vite !

Alors ? Question ? Cette épave est-elle sur le territoire de la commune ? Dans la bande des 300 mètres de la côte, puisque l’on est à proximité des roches découvrantes ?

Le matériel utilisé sert habituellement dans les ports du coin pour manutentionner des petits crapauds de corps morts. On l’a vu souvent dans les ports "gérés" par la SAGEMOR. Est-il bien sérieux d’utiliser un matériel aussi léger pour renflouer un bateau de 200 tonneaux (déplacement), qui plus est, rempli d’eau, et encloué sur des têtes de roches ?

JPEG - 66.2 ko

Dans les années 1950, pour récupérer les ferrailles des bateaux coulés dans la région , la compagnie "Neptune" utilisait un ponton grue spécialement conçu et adapté à cet usage.

Bon ! On veut bien que l’on puisse arracher du fond un bateau coulé avec des "vaches" gonflées à l’air !, mais s’il en faut beaucoup, pour décoller le bateau du fond, il en faut assez pour avoir une flottabilité d’au moins 200 tonnes ! Et le volume correspondant est énorme ! Et en plus, il faut qu’il y ait équilibrage des poussées entre tous les ballasts et ballons, et en plus il y aura un phénomène d’accélération dès que le force de retenue au fond(accrochage et succion vaincus) : ce n’est guère facile ! Demandez donc aux sous-mariniers ! Ils expliqueront la nature du problème !

Et ensuite ?

Il faudra bien le remorquer quelque part ! Vers où ? Dans la baie ? Sur Port-Haliguen ? Vers une plage ? Porrigho par exemple ? (Routes à proximité, et manutentions sur la plage ? Ou vers Port Maria ?
Et s’il coule en route à nouveau ? Dans le chenal de port Maria, devant la Grande Plage, par exemple ? Cela sera un spectacle intéressant pour les estivants et baigneurs !

Et si les soutes à gazole fuyaient pour de bon ? On aurait droit à une belle publicité ! Car certains ne se gêneraient pas pour en faire ! Ce serait catastrophique pour nous tous ! Alors messieurs du Conseil Général, du Conseil Municipal de Quiberon ? En cette période de printemps républicain, il faut faire quelque chose de concret : foin des beaux discours ! De l’action !!!! On vous en voudrait sûrement si la saison touristique était gâchée !

Alors ce bateau, Va-t-il étre découpé ? Alors ? Quand ? Par qui ? et Comment ?

Et ses ferrailles ? Elles seront débarquées où ? Port Haliguen ? On se souvient des ferrailles sur les quais de port Haliguen dans les années 1950 pendant des années !

Alors ?????

Personnellement , je m’interroge sur la validité du procédé !

En Effet, si ce bateau "fait" 200 tonnes, il faut considérer, qu’il fait entre 80 et 100 tonnes de ferraille (masse), l faut lui "trouver" au moins une capacité de flottabilité égale à sa masse. Et mettons 10 tonnes de plus pour l’arracher du fond et vaincre l’inertie. Or une tonne, c’est 1 m3 d’air dans une vache. La traction sera alors de une tonne.

Il faut amarrer ces vaches au bateau avec des orins. Comment ? Il n’y a pas autant de points d’amarrage sur le pont ou sur la coque. Les bolards et autres bites d’amarrage sont en nombre insuffisant !
Alors ? des élingues passées sous la coque ? Pas facile ! Il est encloué sur les roches. Et c’est un catamaran. Et puis, arrivera-t-on à équilibrer les tractions des vaches. En effet pour le déplacer, il faudra que l’assiette soit bien contrôlée. Et en plus pour gonfler vaches et ballons, on ne peut pas les charger toutes simultanément !

On commence par une extrémité et on fini par l’autre ! Il faut alors plusieurs compresseurs et narguilés. Et une fois que ca remonte ? Et bien, l’air augmente de volume, et double même de volume (Pression*Volume= Constante !) ! Or ces vaches ont une capacité limitée : l’air fuit ! ou les ballons explosent... La flottabilité diminue et tel un ludion le bateau recoule pour s’empaler un peu plus loin !!!!! Alors les gars ! Bon courage ! Vous n’avez pas fini !....

Bon ! Aux dernières nouvelles, il est disloqué sur le fond.... On peut même craindre qu’il y reste un bon bout de temps !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 487 / 191423

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités Quiberonnaises....   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License