@Quiberon

COMPTE-RENDU DU CONSEIL PORTUAIRE DE PORT-HALIGUEN

lundi 24 novembre 2014 par jc-leguennec

Comme tous les ans depuis 2012, je me dois de vous faire un compte-rendu de la réunion du conseil portuaire de Port-Haliguen qui s’est déroulée à partir de 14h30 en mairie de Quiberon le 13 Novembre 2014.

Je tiens à informer les lecteurs que j’air remis à tous les participants de cette réunion la lettre parue dans ce blog

La convocation émanait de monsieur Régis Pajot, chef de service des ports et espaces littoraux à la direction générale des infrastructures et de l’aménagement.

Ce conseil portuaire- rendu obligatoire par le Code des ports maritimes- était le 2ème de la journée pour certains participants. En effet celui du port de la Trinité/mer avait eu lieu le matin même.
Deux conseils dans la même journée seraient-ils trop fatigants ? On pourrait le croire car il y eut beaucoup d’excusés. Comme tous les ans d’ailleurs : sur le programme on nous cite les vedettes et contrairement au théâtre de « GUIGNOL » on retrouve les acteurs remplaçants !
Nous en avons l’habitude, on appelle même cela une crise de « Bégonite aigue »

Cette réunion fut présidée par notre conseiller général monsieur Gérard Pierre également vice-président de la « Cie des ports du 56 » mais également administrateur d’EADM ( pour l’histoire, la ville de Quiberon possède 5.000 actions à 2€ dans cette société. Je dois rappeler que notre cité est la seule ville actionnaire possédant un port sous le joug de la Cie. On est toujours dans les bons coups, le porte-feuille à la main. Quiberon est aussi le seul port payé par les Quiberonnais et qui n’a pas d’administrateur délégué pour son port. C’est aussi le seul port où les Quiberonnais sont mal accueillis voire maltraités (mur des cons et autres petites choses) alors qu’il sont chez eux dans un port qu’ils ont payé. Je dois aussi rappeler que Gérard Pierre est le Conseiller général de Quiberon où il ne met jamais les pieds et qu’il compte sur nous pour être réélu...)

Je vous parle d’EADM car elle était représentée par monsieur Jean-Claude Hamon.

Madame Marie-Josée Le Breton- conseillère générale remplaçant notre député Philippe Le Ray ( lui même président de l’AQTA) en vertu d’une délibération du CG du Morbihan en date du 7 février 2014- était la suppléante de Gérard Pierre.

Les représentants du concessionnaire désignés par l’arrêté portant nomination des membres du conseil portuaire s’étaient tous faits « porter pâles ».

Etaient donc absents les titulaires :
1/ Monsieur le PDG de la « Compagnie des ports du 56 » . Je n’arriverai donc jamais à lui parler 
2/ Monsieur Le Trequesser- vice-président du CG par qui nous apprîmes pour la 1ère fois que la date de fin de concession était portée en 2062, maintenant paraît-il en 2064 !

Quant aux suppléants, monsieur Bernard Hilliet (maire de Quiberon présent à la réunion) ne put saluer ses collègues. En effet, manquaient monsieur Hercent Guy- maire d’Etel- et monsieur Guezet Jean-François-maire de la Trinité- son fils ou neveu étant présent ceci explique cela !)
Les « bleus » prendraient-ils déjà un mauvais pli ou le passage du Bégo serait-il toujours aussi difficile à franchir ?

Les représentants du personnel de la concession :
Dominique Herisset et son nouvel adjoint (poste créé spécialement pour lui au printemps 2014) Benjamin Guezet : 2 Trinitains bon teint étaient présents.
Nous ne verrons sans doute jamais de Quiberonnais à de tels postes si du moins l’aventure continue avec la « Cie des ports du 56 » .
Comme dirait l’ancien conseiller général en charge de PH : « LesQuiberonnais ne sont pas fiables ».
Je pense qu’il exagérait car à 4 km près les hommes sont égaux en compétences. A moins que le bon Saint-Pierre ait demandé à « l’Esprit Saint » de rester sur « Port d’Orange »
Chiche ! Et si on lui prouvait le contraire en reprenant notre port. Cela contrebalancerait les DSP accordées aux gérants des 2 camping municipaux et peut-être bientôt à « l’Espace Louison Bobet »

Pour Quiberon le titulaire : monsieur Rozo Roland était là. Sa présence me fut d’un grand réconfort. Enfin, un officier de la marine marchande mais aussi un pêcheur hors-pair pratiquant une pêche écologique et de plus très sensible à l’environnement allait s’occuper de la mer qui nous entoure de toutes parts !!

Je n’ai malheureusement pas retenu le nom des fonctionnaires représentant le personnel départemental. Mis à part monsieur Noël que nous rencontrons depuis déjà 3 réunions.
J’aurais aimé lui montrer un document précieux, une preuve irréfutable en quelque sorte :

Une copie du procès-verbal de réception définitive d’un port de plaisance à Port-Haliguen signés par le maire de Quiberon (du moins par monsieur Carbillet 1er adjoint) , par 2 représentants du conseil municipal ainsi que par l’ingénieur d’arrondissement et par l’ingénieur des TPE sans oublier celle du directeur de l’entreprise MARC et Frères de Brest.
Cela se passait le 15 novembre 1969 et la facture vue et vérifiée par l’ingénieur principal le 14 mars 1969 fut donc réglée rubis sur l’ongle.
Pour l’histoire Quiberon paya son port 4.696.150 francs 89.
Aimant la précision je tiens à rappeler que cette somme représente en novembre 2014 : 5.551.097 € soit une inflation cumulée de 675,4% .

Après cette lecture, je pense qu’il ne nierait plus que Quiberon- ville portuaire du département du Morbihan- avait pris en main sa destinée maritime dès 1962 bien avant la naissance de la SATMOR (1965). Syndicat dont se souviennent beaucoup d’habitants de la presqu’île de Rhuys expropriés à 50 centimes de franc/ m2.
A Quiberon, les propriétaires échaudés par les expropriations de 1954 réalisées pour la construction de l’aérodrome négocièrent un peu plus favorablement leurs biens situés-par le découpage de la SATMOR- en zone A ( Le Mané), en zone B ( Ilot hôtel Servel/ Colonie de Pontivy) et en zone C (Fort Neuf). Les promoteurs de mèche avec la SATMOR versaient à celle-ci un pécule à l’hectare.
On ne parlait pas de m2 habitables mais de lits pour une concentration maximale.
L’affaire Arranda arriva opportunément pour stopper cette pratique. Personne n’alla en prison mais le mal était fait !
C’est ainsi que dans la zone B on échappa à un immeuble de 15 étages !
En 1979, la SATMOR fut remplacée par la SAGEMOR : objet de notre ressentiment !

Je vous prie de m’excuser de cette longue digression mais elle s’imposait à la compréhension de gens peu au fait des affaires quiberonnaises ou des Quiberonnais eux-mêmes qui auraient oublié ou qui concernés, craindraient encore que le couvercle de la tinette pleine n’explose.
Nous n’avons pas oublié et nous serons toujours là pour le rappeler et pour passer la suite à nos descendants.

Dans ces conditions, vous pensez bien qu’à un tel conseil, je joue le rôle de trublion. D’autant plus que j’ai la prétention de savoir ce qu’est un port même à petite échelle. Je ne pense pas qu’EADM ferait longtemps impression dans un pays en voie de développement qui ambitionnerait de construire un port, et il y en a par le monde !!

Revenons aux participants au conseil et aux représentants des usagers du port.

1/ Au titre du commerce :
- Le directeur ,monsieur Hyaric, de la Cie Océane était présent en temps que titulaire
- Monsieur Rault Steven – Quiberon Nautic- était présent en temps que suppléant

2/ une fois de plus la PECHE n’était pas représentée. Il faut dire qu’un jeudi à 14h30 les pêcheurs avaient sûrement d’autres préoccupations. Certains finissaient sans doute d’armer ou aidaient à armer les bateaux en vue de la campagne à la coquille saint jacques. Pas de bateaux, pas de salaire !!!

3/ Au titre de la plaisance nous étions tous là. J’espère que monsieur Jean Poitou s’est bien remis de ses 2 conseils portuaires : la Trinité le matin et Quiberon l’après-midi et qu’entre les 2 il avait eu le temps de se sustenter car un sac vide ne tient pas debout ! Je pense aussi aux autres acteurs.

4/ Des usagers désignés par le président du CG :

La SNSM était représentée par son trésorier
L’APPH par son président
l’ASNQ par son nouveau président
YCQ dont le siège est 1 boulevard des émigrés n’avait aucun représentant

Venons-en à la réunion proprement dite :

Le fonctionnaire, représentant du personnel départemental, nous parla du nouveau traité de concession (CD rom offert aux participants 15 jours avant la réunion).
Il voulut passer dessus rapidement sous prétexte que nous l’avions sans doute tous lu.
Pas du tout d’accord, je repris les termes de ma lettre. En particulier la bizarrerie entre le Concédant et le Concessionnaire dont les « patrons » sont une seule et même personne. Puisque cette personne aime les bons mots je me permettrai de lui dévoiler son surnom : « 2 fûts, 4 caisses mais un seul fauteuil »
Cela change de « Borgne-fesse » !
Puis vinrent mes questions sur la date prévue de fin de concession:2064
Il me fut répondu que j’aurais la réponse par écrit. Je l’attends toujours et ne manquerai pas de vous en donner la teneur.
Déjà une interrogation : est-ce une sorte de prorogation de la concession de 1969-2019 au prétexte que de gros travaux sont prévus ? Certains de ces travaux ont déjà commencé il y a un mois. Je veux parler de la construction de la darse de l’élévateur dans un endroit non préparé par dragage et où les risques de vases polluées sont les plus grands. Quelle étrange précipitation !!

A la question 3 :

Examen de la situation du port et de son évolution en 2014 :

Nous apprîmes que la liste d’attente avait diminué. Certains aspirants avaient trouvé une place dans un autre port mais beaucoup avaient changé leur fusil d’épaule. Pour eux en effet la crise économique étant passée par là, le bateau n’était plus une priorité. L’aide à la famille, aux enfants et aux petits-enfants était primordiale.
Tout le monde n’a pas 36 casquettes et ne veut surtout pas pratiquer le népotisme criant dans notre beau département !
NEPOTISME-DESPOTISME-EGOISME auraient-ils remplacé LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE si chèrement gagnés ?
Toujours à cause de la crise, certaines grosses unités appartenant très souvent à des sociétés ont été vendues.
Celles qui restent ne pourront bientôt plus sortir à toutes heures de la marée mais elles continueront à remplir l’usage premier d’hôtel flottant avec 2 ou 3 voitures sur le parking ! N’y a-t-il pas là une concurrence déloyale et qu’en pensent les hôteliers locaux ?
Un participant quadra eut les paroles justes : « Comment voulez-vous aujourd’hui que des gens de ma génération puissent s’acheter une résidence secondaire et à fortiori un bateau de plaisance ?(sic)
Notre conseiller général en convint et l’on apprit même que la moyenne d’age des propriétaires de bateaux dans les ports de la Cie était de 70 ans ! Dire que dans moins de 2 ans je rejoindrai ce « Club ». J’espère qu’EADM et ses ingénieurs ont prévu un parking pour déambulateurs et un ascenseur ou 2. Attention aux frais, heureusement qu’à Quiberon nous n’avons pas les marnages des ports de Bretagne nord et du Cotentin !
Ne vous méprenez pas, je ne me moque nullement des handicapés de tous ages !
Cette forte moyenne d’age ne serait-elle pas encourageante pour ceux qui contrairement au code des ports maritimes souhaiteraient avoir une concession à vie pour eux et leurs descendants ?

Toujours à propos des listes d’attente, monsieur Gérard Pierre sans qu’on le force nous apprit que les loisirs nautiques étaient en pleine mutation. Les jeunes de 13 ans passionnés de sports de glisse entraînaient leurs parents quadragénaires vers ces nouvelles disciplines.
Il a entièrement raison et les belles plages de sa commune de Plouharnel jusqu’à Penthièvre en sont la preuve irréfutable. Nous en connaissons le prix nous les gens du bout du monde. N’avons-nous pas à négocier 2 magnifiques rond-points européens aux sables blancs et à être très prudents aux intersections des routes menant aux « spots » à travers les dunes du grand site dunaire ?
Ces jeunes sportifs-je le crois- changeront la physionomie du tourisme local.
Pourquoi après SUSCINIO perdu, la Cie n’investirait-elle pas dans des boîtes de nuit à Plouharnel, Saint-Pierre Quiberon, Quiberon et on peut rajouter des baraques à frites, kebab ou autres. Devra-t-elle signer de nouveaux contrats de concessions avec les communes citées ci-dessus ou avec le département qui sera tenté de faire main basse sur ce nouveau tourisme ?
Le « Social » est-il toujours l’obligation majeure d’un conseil départemental ?

Nous venons de parler de sport de glisse. Le sujet des « semi-rigides » tractés derrière une voiture fut également l’objet de discussion. Le « nomadisme nautique » gagne de plus en plus et se moque très souvent d’un place dans un port de plaisance.
A cette occasion, je demandai à mes 2 élus de bien entretenir nos nombreuses cales de mise à l’eau réparties sur la presqu’île et pas encore volées par la « Conpagnie ».

La crise économique persistante, les sports de glisse et le nomadisme ne constituent-ils pas un tournant définitif dans le nautisme et la façon de vivre au bord de la mer ? Au moins les atteintes aux paysages côtiers et au patrimoine seront réduites !
Dans ce cas, à PH, le projet pharaonique et dénué de sens marin arrive certainement trop tard.
Encore une fois, ce n’est que de la poudre aux yeux pour masquer un envasement et un non-entretien criminels.

Envasement, le mot est lâché !

Tous les participants « plaisance » furent d’accord sur le constat pitoyable mais j’ai l’impression que j’étais un des rares dans l’assistance à vouloir un port entièrement dévasé mais en restant en l’état géographiquement. C’est à dire avec la petite plage et le vieux port dans son jus.

Je suis en contradiction totale avec le nouveau président de l’APPH. Cet été dans la presse locale- libre comme chacun le sait- ne se proposait-il pas de veiller à la bonne exécution des travaux d’endigage et du comblement de la petite plage qui n’a le tort que d’être là ?
Dois-je lui rappeler qu’il habite Kerhostin et que Quiberon ne voit pas un € de ses propres impôts locaux ?
PH est certes un port départemental mais il ne tient qu’à nos élus locaux de le récupérer en vertu des 2 lois de décentralisation avec sûrement des dommages et intérêts à la clef étant donné le non respect de l’article 5 de contrat de concession de 1969. J’ai posé la question pour la nième fois. Cette fois-ci se fut un OUI assorti d’une condition fausse à mes yeux car il faudrait parait-il l’accord des autres ports. Depuis quand un actionnaire (50.000€) ne peut-il pas sortir ?

J’ai rappelé également au président de l’APPH les propos qu’il m’avait tenus en 2013 au lendemain du conseil portuaire. Il était d’accord au sujet des vases et il fallait les virer. D’où vient ce revirement ?

Il eut une bonne question : « A combien revenait en pourcentage la construction de la digue à +3m
et de la porte ? » 30% environ lui fut-il répondu.
A l’annonce de ce chiffre, il affirma s’opposer à cette construction ne voulant pas payer un tel ouvrage qui n’avait rien à voir avec un port de plaisance.
Cela se discute mais à Quiberon a-t-on demandé l’avis des contribuables lors des travaux pharaoniques de la place Hoche ? Leur a-t-on demandé s’ils étaient d’accord pour avoir des bars en terrasses sur le domaine public (place et trottoirs) ?

Par ailleurs la proposition d’augmentation des tarifs de 0,9% fut rejetée par les usagers titulaires plaisance. J’avoue que j’ignore l’issue de ce vote car les Vannetais votèrent tous POUR dans une symbiose remarquable. Il faut dire qu’ils venaient tous du 2 ou 10 rue de Saint-Tropez !
Les usagers plaisance invoquèrent un 0,7% promis lors d’un réunion informelle à laquelle évidemment je n’assistais pas ! On appelait ça autrefois un manque de démocratie maintenant cela semble coutumier un peu comme dans les pays de l’Est autrefois ou comme à Cuba aujourd’hui !

Monsieur Poitou nous rapporta qu’à la Trinité l’augmentation était de 0,7% . Il faut dire que le projet de salle flottante était tombée à l’eau !

Après les augmentations vint la sécurité sur le port.

Il semblerait que de nuit ( après 22h00) les rondes soient très aléatoires voire inexistantes.

Certains demandèrent à ce que des cellules photoélectriques déclenchent l’éclairage des pontons.
Il fut répondu qu’il ne fallait ni déranger les amoureux ni réveiller les équipages « reste à terre » qui élisent domicile sur leur navires et qui se racontent le « coup de torchon » essuyé à la Teignouse

La question de la pression d’eau sur les pontons fut une nouvelle fois évoquée, je préfère me taire !

Nous avons appris que les membres de l’APPH étaient en quelque sorte « capitaines de pontons » et faisaient des rondes. Merci à eux !

Toujours concernant l’APPH nous avons appris que la « Compagnie » n’avait pas mis en janvier 2014 leur appel à cotisations dans l’enveloppe contenant le contrat de location et qu’en conséquence 15 adhérents se seraient évanouis portant à 200 le nombre total soit moins de 20% des propriétaires.
Je pense que la Cie a raison car on pourrait parler de collusion. Il ne faudrait quand même pas trop charger la barque !

Evidemment la SNSM qui ne vit que de dons n’est pas dans ce cas. Un grand merci à eux !

Je ne vous parle pas de la grille comptable car il n’y avait rien à dire. Sauf un satisfecit que s’est accordé la Cie pour le petit 2% d’augmentation des charges.

En toute fin de séance et toujours en présence de notre conseiller général je demandai à monsieur Hyaric directeur à Port-Maria de la « Cie OCANE » de changer les pavillons en triste état.
Dans l’hilarité générale il me fut répondu que c’était à la municipalité de Quiberon de remplir cette tâche.
.

Amis Quiberonnais en participant au changement des pavillons du terre-plein de la gare maritime nous allons contribuer à redresser le déficit de la Cie Océane

Quand on disait que nous avions bon cœur !!!
Trop bons Trop cons telle sera notre nouvelle devise quiberonnaise. Elle pourra toujours remplacer l’actuelle « toujours dans le lit du vent » mais dont le sens figuré et réel signifie ’je vais où le vent me pousse » ou encore « je tourne toujours ma veste du bon côté »

Merci de m’avoir lu

Le Guennec Jean-Claude H


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 483 / 196532

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Démocratie locale chez les oligarques...   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License