@Quiberon

Création de Port Haliguen

Port Haliguen n’a pas été construit par la SAGEMOR....
lundi 21 mai 2007 par Patrick LUCO

Le ’Vieux port" a été construit à partir de 1848. Des prisonniers politiques ont été employés pour construire ce port.

L’ingénieur Pichot a été le concepteur et le créateur de ce port a partir de plans antérieurs du génie militaire. Le premier plan connu date de 1802. Cette anse de Porh Halegwenn" avait déjà été aménagée sous l’Ancien régime. Le Conseil de Fabrique de Quiberon, avait déjà construit des digues en pierres sèches pour abriter les nombreuses chaloupes, barques et chasse-marée des Quiberonnais.

On sait qu’à la Révolution, des réclamations relatives à la construction d’un vrai port dans cette ria figuraient dans le "Cahier de Doléances" de Quiberon. Et cette réclamation a été l’évènement déclencheur de la conception de Port Haliguen sous l’Empire.

Il existe plusieurs plans tracés à la plume. Ces plans comportent des variantes, car aucune des solutions choisies n’était réellement satisfaisante.

Il faut remarquer que les ingénieurs et conducteurs de travaux de l’époque étaient des gens imaginatifs. Pichot, je le pense, était un remarquable ingénieur.

Des ouvriers, des tailleurs de pierre, ont exercé leur art à Port Haliguen.
Ils nous ont laissé un des rares monuments de Quiberon.

Malheureusement depuis, des aménageurs très peu scrupuleux, mus principalement pas le goût du lucre pour les uns, et pour les autres par un manque évident de hauteur de vue, ont massacré un des atouts touristiques et commerciaux principaux de la Presqu’île....

Jusqu’où iront-ils ?

PORT-HALIGUEN

15/02/1863

" Monsieur le Président a exposé que le port de Port-Haliguen laisse beaucoup à désirer sous le rapport de la grandeur et de la profondeur, qu’il existe à l’entrée un banc de sable qui le comble de plus en plus, qu’une jetée d’une longueur convenable construite dans la partie Est de l’entrée et s’étendant dans la mer serait non seulement utile mais indispensable, tant pour appareiller les navires lorsque les vents règnent du Nord, que pour empêcher la base d’obstruer tout à fait l’entrée du port. Messieurs les Conseillers présents reconnaissant cet exposé sont unanimes à inviter l’autorité supérieure à porter quelques amélioration à l’état actuel du Port de Port-Haliguen et particulièrement à faire construire la jetée dont il est par lé plus haut... ".

13/02/1876

Urgence de la réparation d’empierrement du quai et du curage de Port-Haliguen.

10/11/1878 à 01h00 du soir

Demande de mise en place au Port-Haliguen " d’une chaîne garde-fou pour éviter les accidents de toute nature ".

JPEG - 109.7 ko

10/08/1879 à 08h00 du matin

" La partie Ouest du Port-Haliguen, dans laquelle débouche le canal qui mène les cours d’eau, est en mauvais état par suite des dégradations : les voutes se sont écroulées et le passage est devenu très dangereux pour les voitures ". Redemande aux ponts et chaussées " la pose dite de garde-fou".

12/02/1882 à 01h00 du soir

Urgence d’installer à Port-Haliguen une échelle pour descendre au port entre le phare et la cale.

04/02/1883 à 08h30 du matin

Les ponts et chaussées sont priés de " hâter la pose des échelles au Port-Haliguen parce que les besoins des bateaux de pêche qui séjournent dans le port deviennent de plus en plus grands et il serait aujourd’hui impossible de porter secours à une personne qui tomberait à l’eau à cet endroit ". Le conseil demande qu’on fasse un dépôt d’appareils de sauvetage aux deux extrémités de la jetée de Port-Haliguen.

07/06/1883 à 08h00 du matin

" Le conseil considérant que le Port-Haliguen devient à sec à basse mer, que le Port-Haliguen étant le lieu d’arrivée du vapeur de Belle Ile, tout débarquement devient impossible par les vents du sud est ou nord est en hiver. Les mêmes inconvénients existent pour les embarcations de l’escadre pendant qu’elles stationnent dans la baie. Ainsi pour les pêcheurs qui, venus pour vendre le produit de leur travail, sont obligés de s’éloigner sans pouvoir prendre terre. Que cet état de chose est très préjudiciable aux passagers de Belle Ile et aux habitants de QUIBERON. Le conseil demande l’unanimité qu’un prolongation de la jetée soit faite dans la direction du Nord Est sur une longueur d’environ cents mètres ".

15/02/1885 à 01h00 du soir

Le conseil renouvèle sa demande de prolongement de la jetée.

13/12/1885 à 01h00 du soir

Vote de 20.000 Francs " pour la construction du môle à condition qu’il atteigne la longueur de 111,65 mètres et dans le cas où l’état voudrait prolonger le môle jusqu’à la bouée, le Conseil s’engage à y subvenir pour une somme de dix mille francs en plus, soit trente mille francs.

" Toutefois, en acceptant ce projet, le Conseil croit devoir observer qu’il n’y a pas lieu de porter le parapet à une largeur de 1,20 mètres attendu que la violence de la mer n’est jamais aussi grande qu’à Port-Maria. Par suite, une largeur de 0,80 mètres lui paraitrait suffisante ".

19/12/1886

" Le conseil à l’unanimité considérant la misère profonde dans laquelle est plongée la population Quiberonnaise par suite du manque de pêche et de la mauvaise disposition des ports, considérant que cette misère peut être attribuée en grande partie au manque d’abri des bateaux de pêche dans le port d’hiver(Porthaliguen) qui éloigne de notre presqu’île et les bateaux et les pêcheurs, invite le Maire à insister près de Monsieur le Préfet pour que les négociations relatives à la construction du prolongement en eau profonde de la jetée de Porthaliguen soient reprises entre la commune et l’état. Qu’il espère que le Gouvernent voudra bien prendre en considération la crise terrible qui sévit sur notre malheureuse côte et lui attribuer quelques fonds disponibles sur les travaux maritimes. Le conseil est unanime à fuir tous les sacrifices possibles pour la réalisation de ce projet ".

11/11/1888 à 01h00 du soir

" Les sables s’amassent continuellement à l’entrée de Porthaliguen et dans ce moment empêche l’entrée des navires d’un certain tonnage et dans quelque temps, même les bateaux de pêche ne pourront plus y pénétrer ".

12/11/1890 à 01h00 du soir

Le curage à l’entrée du Porthaliguen doit continuer " attendu que ce qui a été fait l’année dernière est insuffisant ". Les navires de commerce devraient être autorisés à prendre leur test à l’entrée de ce port.

11/08/1901 à 01h00 du soir

Pour l’emplacement " de la pyramide, une bande de terrain de 100 mètres de longueur longeant la route et où se trouvent les deux fontaines qui lui sera réservée ".

28/06/1903 à 8h00 du matin

Le Porthaliguen depuis sa création qui remonte vers 1840 n’a reçu aucune amélioration ni obtenu aucun agrandissement "...

09/07/1905 à 08h00 du matin

Le sable et la vase rendent l’accès presque impossible à un bateau de moyen tonnage (de même à Port Marie).

19/01/1908 à 08h00 du matin

Demande de construction d’une cale sur la pointe de rochers, à l’extrémité Sud du jardin du gardien du phare, au lieu dit Porrigo (3 mètres de large).

07/02/1909 à 09h00 du matin

Les pêcheurs protestent contre l’interdiction qui leur est faite de laisser dans le port des viviers et des paniers destinés à recevoir leur pêche.

17/04/1910 à ?

Approbation ministérielle pour " la construction de la cale de débarquement au Porthaliguen, s’élevant à 7.500 francs dont 1/3 à la charge de la commune.

23/03/1913 à ?

Les travaux de prolongement et d’exhaussement de la cale de Porrigo sont toujours en pourparler.

13/101918

Port de Port-Haliguen.

Dans ce port il n’y a que deux points à considérer : à l’entrée et le fond du port.

A l’entrée le sable s’amasse autour du musoir est, surtout lorsque la lame vient du côté est, tandis que du côté du musoir nord, le fond de la passe se creuse.

Il y aurait lieu pour maintenir la passe à une profondeur suffisante d’enlever le sable qui s’amoncelle autour du musoir et le long de la jetée est, dans la partie qui fait suite au musoir.

Au fond du port se déverse un ruisseau d’eau douce qui vient du plateau du Roch Priol. Ce ruisseau, lors des orages et des fortes pluies apporte de l’humus et des vases qui se déposent sur le côté gauche du port, enter le Café du Midi et le fond du port. Le service d’entretien des Ponts et chaussées ne dispose, par intermittence, que de quelques chalands pour le curage des nos ports. Malgré la meilleure volonté, ce matériel est insuffisant pour le curage qu’il y aurait lieu de faire. Il y aurait donc lieu de demander qu’un matériel suffisant et plus approprié à la situation soit mis à la disposition du service local qui, nous n’en doutons pas, fera son possible pour nous donner satisfaction.

Tels sont les travaux que le Conseil Municipal désire voir effectuer pour donner satisfaction à notre population maritime. Il compte sur le dévouement de Monsieur LE ROUZIC, député, pour obtenir les crédits nécessaires à l’exécution des travaux de curage des deux ports.

12/12/1920 à 09h00 du matin

Demande de pose d’une échelle métallique à Port Haliguen, en face de la criée, partie sud du port.

05/04/1926 à 09h00

Autorisation de remplacement de la bouée de décalage de Port Haliguen (coût 1.700 Francs dont 975 Francs pour la commune).

14/12/1929

De nombreuses épaves encombrent la plage située entre la villa Delva et la quai de Porthaliguen et entravent l’exploitation et la fréquentation de cette plage.

27/09/1936

Demande d’éclairage électrique du port Haliguen

24/05/1960

" Le Conseil, sur propositions de son Président, délibère sur les travaux envisagés en vue de combler le fond de Port-Haliguen à la suite de l’éboulement du mur de soutènement situé en face du Café Midi....

... L’assemblée après avoir délibéré, considérant en définitive, d’une part la charge financière qui en résulterait pour la commune si le comblement du fond du port était mis en oeuvre (part communale approximative 30.000 francs), considérant d’autre part les inconvénients qui pourraient en résulter au point de vue sécurité en général pour les bateaux de pêche (ressac plus important), considérant en outre le Port-Haliguen comme Port abri est parfois insuffisant, adopte la position suivante : laisser le soin aux autorités compétentes de faire procéder à la réfection à l’identique du mur de soutènement écroulé il y a quelques mois, si la Grande Commission Nautique, après délibération, adopte également de point de vue ".

20/09/1960

" Monsieur le Maire donne ensuite connaissance à l’assemblée Municipale de la lettre JC/DR 4° DIV1° Bureau du 3/06/1960 ayant pour objet la reconstruction d’un mur de quai à Port-Haliguen.

Monsieur le Maire expose notamment qu’à la suite de la délibération du 6/04/1960 du conseil municipal, il a été saisi des dispositions projetées par le Service Maritime des Ponts et Chaussées en vue de la reconstruction de la fraction du quai effondré à Port-Haliguen.

Ces dispositions qui visent à combler une partie du port inutilisées auront pour objet de permettre une amélioration sensible de la circulation sur la partie considérée et de permettre, après comblement de la partie en arrière du mur de quai reconstruit, la création d’un terre plein pouvant servir de parking pour les voitures automobiles....

...Le conseil municipal ainsi que l’exposé de Monsieur le Maire, émet un avis favorable à la réalisation en cause, la commune s’engageant à réaliser à ses frais et dans un délai maximum de deux ans, le terre-plein en arrière du mur de quai dont la reconstruction est projetée... ".

6/02/1962

" Considérant le grand développement pris par le tourisme, et tout particulièrement le goût de plus en plus grand des jeunes pour la voile ; le Conseil municipal de Quiberon émet le voeu que les installations portuaires de Port-Haliguen en Quiberon soient complétées par un môle délimitant un vaste plan d’eau en avant du port actuel, celui ci pouvant être ultérieurement transformé en bassin à flot. Le Conseil Municipal demande l’inscription de ces travaux au dème plan de développement économique au titre de l’équipement des ports ".

31/03/1962

" Monsieur GOLVAN donne d’abord lecture du projet de statuts destinés à réagir le Syndicat Intercommunale d’étude pour l’aménagement touristique de la baie de Quiberon et des Iles avoisinantes.

Les conseils municipaux des communes de BANGOR, CARNAC, HOEDIC, HOUAT, LOCMARIA, Belle Ile, LOCMARIAQUER, LE PALAIS, PLOUHARNEL, ST PIERRE, QUIBERON, ST PHILIBERT, SAUZON et la TRINITE/S/MER ont adhéré sans réserve par délibérations concordantes. La commune de GROIX a refusé son adhésion...

En définitive, le Conseil Municipal après avoir délibéré, vote l’adhésion, sans réserve, de la commune de Quiberon au Syndicat constitué en vue de l’étude de l’aménagement touristique de la Baie de Quiberon et de son îles avoisinantes... ".

08/09/1962

" Monsieur GOLVAN fait connaître que, conformément au voeu émis en séance du 6/12/1962, le service de Monsieur l’Ingénieur en Chef des Ponts et Chaussées a dressé un avant-projet relatif à l’aménagement à , au Nord du port actuel, d’un Port de Plaisance.

La mise en place de ce projet qui prévoit la construction d’un appontement de 350 mètres de long, créerait un magnifique plan d’eau abrité par la nouvelle jetée.

Le Conseil Municipal après avoir entendu les explications de son Président, considérant l’utilité de la construction projetée, considérant le développement du tourisme nautique, donne un avis favorable à l’avant-projet dressé en Juillet 1962 par l’Administration des Ponts et Chaussées ; demande l’inscription définitive de ce projet du 4ème Plan de développement économique et touristique au titre de l’équipement des port ".

11/07/1964

" Le Conseil Municipal entend un exposé de Monsieur GOLVAN au sujet du financement des travaux de construction du Port de Plaisance de Port-Haliguen.

Il résulte que les travaux en cause sont évalués actuellement à 5 3000 000 francs, et que le plan de financement du Port de Plaisance se présente de la manière suivante :

Subvention du FIAT 30% : 1 590 000, 00

Prêt du F.E.D. 50% : 2 650 000, 00

Autofinancement 20% : 1 060 000, 00

La note préfectorale précise encore qu’en ce qui concerne la part d’autofinancement qui incombe à la Commune, soit 1 060 000 francs, une partie de cette dépense a été prise en charge par le Département... ".

07/05/1966

" Monsieur le Président informe le Conseil Municipal que la première tranche de travaux d’infrastructure du Port de Plaisance de Port-Haliguen, adjugée à l’entreprise Armand MARC de BREST, sera terminé dans le courant de la saison estivale 1967 et qu’il y a lieu de penser déjà à la réalisation d’une deuxième tranche par aménagement de l’intérieur du Port, c’est à dire l’installation de passerelles flottantes et de corps morts et propose qu’une étude soit entreprise dès à présent par le Service des Ponts et Chaussées... ".

09/07/1966

" ... Le Conseil Municipal après avoir délibéré, à l’unanimité, vote l’adhésion de la Commune de QUIBERON à la S.A.T.M.O.R en ce qui concerne la réalisation présente et future (superstructures, club-house, parkings, dégagements, etc...) du Port de plaisance de Port-Haliguen.

09/07/1966

" ... Le Conseil Municipal, considérant l’exposé de son Président, considérant les avantages certains pour la ville de QUIBERON de confier la gestion du Port de Plaisance de Port-Haliguen à un Organisme particulièrement compétent lequel disposera de tous les moyens techniques et financiers, après avoir délibéré, vote son adhésion pleine et entière au SYNDICAT DEPARTEMENTAL DE GESTION. Confie d’ores et déjà à cet Organisme la gestion future du Port de Plaisance de Port-Haliguen ".

17/02/1968

" La Commission des Finances ayant statué favorablement, le Conseil Municipal donne son plein accord pour confier à la S.A.T.M.O.R. - 39, avenue Victor Hugo à VANNES - la gestion provisoire du Port de Plaisance de Port-Haliguen... ".


Portfolio

forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1284 / 192552

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Un peu d’histoire   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License