@Quiberon
"Election" municipale ou "Elections" municipales ?

"Election" municipale 2008 à Quiberon, quel est donc le problème ?

Pourquoi donc n’y a pas de concurrence politique lors de cette "Election" municipale
mercredi 5 mars 2008 par Patrick LUCO

C’est bien la première fois qu’il n’y a pas plusieurs concurrents en piste lors d’une élection municipale à Quiberon. Ce fait est très curieux pour une ville de cette importance.

2008 sera une date qui devrait compter dans les annales de notre bonne cité.
On a connu des élections agitées, très agitées même. Et cela à une époque récente.
Sauf époque particulière, il y avait plusieurs listes de toutes "sensibilités". Des listes mélangées, des listes de copains, des listes d’intérêts divers et variés.
Les élections étaient un grand moment dans la vie politique locale.

J’ai entendu bien des anciens me raconter les disputes, les rixes, les agressions dans le bourg, et autres bagarres dans les rues de Quiberon aux aurores du siècle précédent. En ces temps là, il y avait les "bleus" et les "blancs" qui s’affrontaient à coups de trique. Les gendarmes à cheval intervenaient alors.... Il y a même eu au Varquez une intervention d’une compagnie d’infanterie venue de Lorient.... Plus récemment il y avait eu aussi un plastiquage de la statue de Hoche que l’on a un peu caché depuis.... Sans compter des coups de fusil sur le domicile du maire !...l

Des inimitiés familiales remontant à la Révolution française refaisaient alors surface pour l’occasion. Et il y avait des règlements de comptes très sévères à la clef. Il y avait aussi des "affaires" de concurrence politique datant du Second Empire, et plus particulièrement des affaires relatives à la scission Quiberon - Saint-pierre. Sans compter, les histoires de terrains, ou de bateaux ou encore d’équipages...
Tout cela s’est estompé dans les brumes du Temps... Toutefois, le souvenir de ces faits demeure encore dans bien des mémoires familiales des Quiberonnais "de souche" !

Je pense par exemple à ces lys blancs qui sont encore plantés dans certains jardins en mémoire des jeunes "émigrés" morts- la fine fleur de la Jeunesse de France....- à Port Haliguen, à Toul ar ouet, ou au Bourg .

Je pense aussi à ces élections plus récentes, où s’affrontaient des personnages qui pour les uns voulaient conserver une "image" traditionnelle de ville maritime bretonne, et pour d’autres qui voulaient "valoriser" l’existant en orientant la cité vers le tourisme à tout va et en radiant le monde maritime. Et il y en avait d’autres, plus prudents, qui voulaient de tout, un peu, d’une manière raisonnable et réfléchie...

Maintenant, il y aura un choix entre cinq options... Voter pour, voter contre, voter nul, voter blanc, s’abstenir... Mais dans tous les cas, l’élection aura lieu quand même, car il y aura dans le pire des cas, et cela on peut le supposer, au moins tous les membres de la liste en lice... Alors on ne peut que s’interroger : Cela vaut-il la peine de se déplacer pour mettre son bulletin dans l’urne puisque l’élection aura lieu quand même ? En logique, la fonction de vote implique un choix entre deux valeurs au moins... Si une des deux variables est absente la fonction logique est inopérante, et implique une décision externe au "voteur"...

Or, il n’y a qu’une seule liste en lice : ce que l’on peut voir sur "le" panneau d’affichage !

A une époque où on nous rebat les oreilles avec le concept de "démocratie", on sent bien qu’il y a là un très gros problème.
Pourquoi ? Quelles conséquences ? Que peut-on en déduire pour l’avenir ? Localement, ou plus... généralement

A mon avis, nous avons à Quiberon un très gros problème de renouvellement des élites locales, ou des notables (si on veut !)...

La loi électorale relative aux élections municipales a été édictée en son temps pour mettre en place des "apparatchikis" de partis politiques de manière à faire carrière.

Il n’était pas question alors de "risquer" une carrière politique en présentant au suffrage universel des gens dont le charisme, le savoir faire, la connaissance du terrain, de la culture locale n’était pas particulièrement évidentes.

La "veste" étant alors assurée car dans une petite ville tout le monde connait tout le monde ou presque.... Un parachutiste n’étant alors qu’un intrus. Quelqu’un qui sort d’on ne sait où...
Dans l’anonymat d’une grande ville c’est bien plus facile car le camouflage est alors bien plus facile et la personnalité -souvent artificielle !- est bâtie, construite grâce au marketing politique, qui n’est qu’une forme de la manipulation, de la propagande grise en fait !...

Après la seconde guerre mondiale, les élites issues de la France libre ou de la Résistance étaient indiscutées et indiscutables. La loi électorale de l’époque permettant alors l’arrivée de fortes personnalités, attachantes, compétentes, des meneurs d’hommes...
Ce qui était absolument nécessaire pour reconstruire la République, les Institutions et le "Cher et Vieux Pays"... Puis, ces véritables élites ont vieilli. Ils sont partis , l’un après l’autre, laissant la place à des arrivistes, des intrigants, ou à des "élites "auto-proclamées ou fabriquées...

Nous avons échappé à Quiberon lors de cette élection à un parachutiste désigné par un état-major de parti en représailles d’un comportement inadéquat de notre maire -selon ce parti- lors des dernières législatives. Je suis certain que ce parachutiste se serait pris une veste mémorable ! Les conseillers de ce parti se sont bien rendus compte que la spécificité psychologique des Quiberonnais aurait été la source d’une série de désagréments !
Dommage ! On aurait eu alors droit à de la distraction ! Cette municipale 2008 a été terriblement ennuyeuse !

Une construction artificielle de personnalité est très difficile dans une ville comme Quiberon -pour l’instant- car tôt ou tard les impostures sont découvertes, et montées en épingle. Et la personnalité parachutée neutralisée. Et parfois même elle se prend les pieds dans le tapis, quand ce ne sont pas des successions de chausse-trappes comme on l’a vu
naguère avec l’épisode pénible du "corbeau" qui a pourri la vie politique à Quiberon à partir de 1989.

Pour éviter dans des villes de moyenne importance une éviction de candidats parachutés, le législateur dans sa sagesse, sentant que son élection n’était pas forcément assurée, n’a rien trouvé de mieux
que de créer une loi électorale retaillée à sa mesure en mettant un seuil de séparation des municipalités de plus ou de moins de 3500 habitants...
A quiberon, nous avons donc ce dernier cas. Et comme il n’y a pas la possibilité de faire le choix entre plusieurs personnalités, on se retrouve avec un choix à une variable !

A mon avis c’est très gênant pour le présent et encore plus pour l’avenir. Car dans ce cas on peut craindre la mise en place d’une camarilla toute puissante qui n’a même pas d’opposition de poids face à elle en Mairie. IL n’y aura pas de contestation au sein du conseil, qui se transformera en chambre d’enregistrement ! La contestation se déplacera ailleurs... Et ce sera alors bien plus dangereux !!! Dans ce cas les caméras audio-vidéo seront très utiles pour identifier les "grincheux" et les circonvenir !...

Il ne peut pas y avoir alors de discussion, de conversation, de consultation.... Mais alors là rien. Puisqu’il n’y a qu’un seul avis, un seul consensus (le mot soixante-huitard connu !). On en arrive au "Nous on a tous été élus... Et on fait ce que l’on veut", comme cela m’a été dit lors d’une discussion relative à une affaire de sonorisation particulièrement dérangeante.

Dans les villes et municipalités voisines, à Saint-Pierre, Belz, Houat, Hoédic, il y a plusieurs listes concurrentes qui sont soumises au suffrage. Chacun peut alors rayer, ajouter, retrancher des noms sur les listes...
Le résultat est la mise en place d’un groupe de personnes d’horizons, de sensibilités différentes, de charismes et de savoir-faire divers qui ne peuvent qu’enrichir le débat et par conséquent la Commune. C’est cela la République...
L’autre choix, celui des villes supérieures à 3500 habitants, ressemble plus à de la monarchie républicaine. En effet quand la liste majoritaire est élue, le maire est automatiquement désigné par ses co-listiers sauf, bien sûr, coup de thêatre.

L’examen des programmes de chacune des listes électorales des villes précitées est intéressant car entre des points communs, apparaissent des nouveautés intéressantes. Et lors de la constitution d’un conseil composite, toutes les idées des uns et des autres mises en œuvre permettent alors de faire évoluer les choses en évitant la sclérose d’un système monolithique et figé qui peut entrainer rapidement, frustration,
agacement et au final une exaspération source de troubles, ou de comportements inadéquats.


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1318 / 192525

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités Quiberonnaises....   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License