@Quiberon
Voler à Quiberon ? C’est le bonheur !

L’aérodrome de Quiberon : une superbe plate-forme !

Un aérodrome, c’est d’abord un "port" pour découvrir le monde !...
mardi 29 juillet 2008 par Patrick LUCO

Quiberon a la chance d’avoir un terrain d’aviation assez grand pour pouvoir accueillir des avions assez gros pour pouvoir "tailler" de la route !

Que ce soit le petit coucou genre "pou du ciel" ou que ce soit le gros bi-turbine, le terrain est très accueillant et facile.
Le transit, l’approche et le décollage se font au dessus d’un superbe paysage !
Après, c’est une ambiance sympa, et conviviale avec des gens qui sont prêts à vous rendre service !

Sur ce terrain on a même vu une fois un quadrimoteur Breguet 941 S alors que la piste était encore en herbe !
Cela m’avait suscité à l’époque bien des interrogations sur la nature des "plus lourds que l’air". Lesquelles interrogations ont trouvé par la suite réponse lors des cours d’aérodynamique et de mécanique du vol dans notre école de l’Aéronautique navale... Même si dans l’excellentissime journal "Tintin", il y avait eu à l’époque un descriptif exhaustif sur cet avion révolutionnaire !

Eh oui ! comme beaucoup de jeunes à Quiberon, c’est grâce à ce terrain d’aviation que j’ai eu l’honneur de faire une longue carrière passionnante dans l’Aéronautique navale de France !
J’en connais d’autres qui grâce à ce terrain ont fait des carrières de pilote dans l’Armée de l’Air, dans l’ALAT, à Air France, Air Inter, dans la RAF, dans la BAF ! Certains sont devenus mécaniciens, électroniciens, contrôleurs, navigateurs aériens, parachutistes...
Tous étaient animés par la même passion : le vol ! Ou la technologie des machines volantes !
Actuellement, la relève est assurée, il y a des jeunes qui continuent dans ces voies passionnantes des professions de l’aviation. Personnellement je les y encourage !

Grâce à l’enthousiasme de passionnés comme Monsieur Fortier, Jo Gueguin, Toto Laurent, Claude Guenette, Lionel Bailleul et beaucoup d’autres, des jeunes y ont pris le "gout de l’air". Ils ont appris à piloter sur cet aérodrome ! Tous ont apprécié le savoir-faire d’un mécano d’aéro "ancienne manière" comme mon cousin Albert Breton, qui avait travaillé sur Goliath, ou sur Laté au Poulmic au temps des "hydro". Tous se sont amusés devant les dessins et les caricatures de Paul le Bayon ! Et aussi essayé de déchiffrer les messages en morse passés par Claude Henry au barman Sam dans l’ancienne baraque de l’aérodrome !... La bonne humeur y était alors générale !
Jadis, les édiles locaux -inspirés !- avaient su -par clairvoyance- déceler l’énorme avantage qu’il y avait à installer un aérodrome pour Quiberon. Cet aérodrome est devenu une chance majeure pour tous ! Beaucoup aimeraient une telle installation sur leurs terres ! Surtout lorsqu’un bon aéroclub et une école de pilotage s’installent.

Le pilotage est une école de rigueur, de sérieux, de professionnalisme ! En vol, il n’y a pas de place pour la fantaisie ou le magouillage : on se met sur la "bonne" trajectoire ou on ne l’est pas et là ça se paye très vite et au prix fort !
C’est justement là que réside la formation au pilotage ! En vol, on ne fait pas n’importe quoi, malgré ce qu’allèguent les détracteurs et aigris actuels ! Ces gens-là feraient bien de faire un peu d’aviation et ils comprendraient bien vite ce qu’est la rigueur !
Cette attitude négative me fait penser à ces gens, qui en 1840, prétendaient que l’on pouvait s’asphyxier au delà de 40km/h dans un train à vapeur ! Si on avait suivi un tel raisonnement, il n’y aurait pas de TGV et on circulerait dans une carriole tirée par un moteur à crottin !

La France est le pays où sont nés Ader, Blériot, Rolland-Garros, Védrines.. Tous "Aventuriers" de la bonne cause et qui ont su découvrir l’Art du pilotage et concourir à la mise au point des avions conçus et réalisés par des ingénieurs brillants comme Dassault, des motoristes comme Clerget...
Tous recherchaient la sécurité du vol et de leurs machines, autant pour les autres que pour eux-mêmes ! L’industrie aéronautique est née dans notre pays. Et c’est cela que certains aimeraient voir disparaitre ?

Si on avait opposé à ces précurseurs le "principe de précaution", la "gestion des risques", les "plans particuliers de protection des risques", et de tous ces freins technocratiques , on en serait encore à la brouette ! Et quand des "politiques" annoncent à grands cris : "je veillerai à ce qu’il n’y ait pas de prise de risque inutile.." je pense toujours à Guinemer, à Santos-Dumont, et à quelques autres !
Sans doute que l’idéal du politique c’est le banc d’huitres arrosé d’anxiolytiques ?

En une centaine d’années, l’Aviation est devenue ce qu’elle est maintenant : sûre ! Très sûre même ! Cela a un tel point le la probabilité de tomber de sa chaise est infiniment supérieure à celle d’un crash !
D’ailleurs penser au crash, et même le souhaiter, est à mon avis , pathologique : ça relève de la psychiatrie !

Le problème de certains de nos contemporains est la trouille ! On ne veut plus prendre de risques, de responsabilités... Vite ! La tête dans un tas de sable, comme les autruches !
Oh ! Un avion ! vite son immatriculation !... Allo ! la Gendarmerie ? Y a un "n’avion" qui passe...

Dans une récente réunion (le 25 juillet 2008) tenue au Palais des congrès, des détracteurs de l’aviation générale se sont révélés au grand jour, en exagérant, voire en désinformant l’auditoire sur les risques liés à la pratique de l’aviation légère ! Et je ne parle pas de ces tracts insultants distribués dans les boites à lettres ! Ni des photo-montages désopilants que j’ai pu me procurer !

A un moment de cette soirée, j’ai d’ailleurs du mal entendre ce qu’il s’est dit car je me suis même demandé après coup si on en arrivait pas à souhaiter un accident pour faire fermer notre terrain d’aviation ! J’ai trouvé cela bien révoltant ! Cela s’est d’ailleurs traduit par une bronca dans la salle !

Il y a même quelqu’un qui a fait un parallèle outrancier et parfaitement ridicule en reprochant de "laisser voler des avions pilotés par des élèves ignares tout comme si un enseignant lâchait dans la nature un élève qui fait des fautes d’orthographe" : la réaction de la salle a alors été éloquente !

Le pire était à venir ! Car dans l’auditoire, ces même personnes qui ont manifestement de la suite dans les idées, ont indiqués qu’elles porteraient systématiquement plainte contre les avions "qui ne respecteraient pas leur plan de vol" !

Savent-elles au moins ce qu’est un plan de vol ? Eh bien un plan de vol n’est pas obligatoire pour circuler autour de Quiberon ! Un plan de vol est un document administratif bien précis, et très formaté qui sert pour la gestion optimale de l’espace aérien ! Sans doute y a-t-il confusion avec les cartes "VAL" ou "IAL" ? Documents de navigation normalisés qui indiquent au pilote la trajectoire optimale d’approche à vue ou aux instruments d’un aérodrome ! Bien sur que lorsqu’on approche d’un terrain comme celui de Quiberon, on suit ces trajectoires recommandées ! Car ces trajectoires recommandées le sont en cohérence avec le "PEB" (plan d’exposition au bruit).

Lorsqu’on lit dans la presse locale un article aussi partisan sur l’aérodrome de Quiberon, il y a lieu d’être très agacé ! Si c’est comme cela que l’on traite l’information, faut changer de métier : travailler pour une agence de presse chinoise par exemple ! Surtout quand on publie une photo (sortie de son contexte !) de gendarme équipé de jumelles LASER pour "relever l’altitude de l’avion", il y a lieu de s’interroger sur le but poursuivi par le journaleux !
De plus, Il y a confusion entre la hauteur, et l’altitude d’abord ! Ensuite avec ce genre de matériel, on mesure une distance radiale ! Je ne vois pas de dispositif pendulaire, ou gyroscopique pour donner la verticale du lieu, ou l’horizontale associée, et par conséquent l’élévation correspondante à la cible ! et corrélativement, de dispositif qui permette par un simple calcul trigonométrique de donner la hauteur !
Cela me fait penser à ces mesures de vitesse par radar Döppler sur les bateaux dans l’entrée du Golfe ! Que mesurait le radar ? La vitesse tangentielle des courroies de l’alternateur ? Du volant ? D’un tourbillon sur l’eau ? D’un goéland volant post-combustion allumée et manette des gaz sur "full military" ? Non ! c’est pas sérieux car le sinus de l’élévation varie de 0 à 1 !
C’est franchement pas sérieux ! Et le "journaleux" ne se pose même pas de question !...

Qu’est-ce qu’on veut ? :

- Fermer l’aérodrome ? C’est couper une jambe à Quiberon !

- Dégouter nos jeunes ? C’est détruire dans l’œuf des talents, des espoirs, et cela c’est impardonnable !

-installer un "ZSU-23" pour la chasse aux canards ?

- récupérer une vingtaine d’hectares de terrain à bâtir au bord de la mer. Désolé Messieurs mais la méthode est éculée et de toute manière toutes constructions sur lesdits terrains sont bloquées par le législateur.

Il faut arrêter ! Si l’aviation vous fait peur, fil faut remettre le cap à l’Est en train, à cheval, ou à vélo !

Ou...Allez donc à l’Aéroclub : vous y serez bien accueillis ! Vous vous ferez des amis ! Et vous verrez, c’est sympa ! En plus peut-être que vous vous y mettrez aussi à la voltige et à la chute libre !


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1384 / 195245

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site L’aviation à Quiberon   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License


Fatal error: Call to undefined function date_format() in /mnt/113/sda/3/0/castero/plugins/auto/medias_nettoyage_v0/genie/medias_reparer_documents.php on line 34