@Quiberon

Vaseux ? vous avez dit "Vaseux" ?

samedi 22 novembre 2014.

A propos d’un article paru dans Ouest-France, le 21 novembre 2014 au sujet du clapage des vases des ports de Baie de Quiberon.

Il va falloir choisir entre la destruction définitive d’un paysage majeur de Quiberon et l’immersion de vases en haute mer...

Dans le premier cas, les "locaux" , les duchentils et les riverains se mordront les doigts de n’avoir pas agi efficacement pendant qu’il était encore temps, il y a dix ans pour vaincre l’inertie d’une municipalité inepte..

Quand ils auront sous les yeux l’ampleur du désastre avec la petite plage comblée par les vases et remplacées par des parkings à bateaux, des aires de stockage à sec entourées de grillages avec badges et "mur des cons". Et... un port qui restera toujours aussi envasé !!! Bien sur pour valoriser l’ensemble on nous construira en plus des bâtiments en tôles peintes construits sur l’ancien vivier comme ceux qui ont pollué la vue sur la côte depuis 1983...

Dans le second cas il faut réfléchir aux conséquences d’un rejet de ces vases : il y a eu une étude universitaire récente consécutive aux rejets des vases de la Trinité : au bout de trois ans on ne retrouve pas trace des 65 000 t de vases vidées en baie. En effet, Elles ont été diluées parmi les dizaines de millions de tonnes de sédiments divers charriés annuellement par la mer et par la Vilaine... Qui en parle ? Personne ! Les journalistes de la Pravda locale ne font pas leur boulot d’investigation objective, et s’ils le font ce sont de simples communiqués conforme à la doxa pour brosser les godasses des comparses. Exit l’esprit d’analyse, la réflexion et la synthèse !... N’est pas Albert Londres qui veut !...

En ce moment il y a à PH des travaux de construction avec ponton, des grues, une excavatrice, tout cela remuant des centaines de tonnes de boues soi-disant polluées. Cela sans barrière antipollution qui de toutes façons n’est qu’un alibi inutile car les microparticules sont diluées dans le port et se répandent avec les turbulences et la marée.... Elles se répandent partout ! Ce qui vient de la mer retourne à la mer... Ca va et ça vient au rythme des marées... Cela de toute manière de changera rien à l’échelle des temps géologiques !.

Il n’y a rien de rationnel dans tout cela... On se rend bien compte de visu que tout cela n’est que de la tromperie intellectuelle qui démontre de fait que ces gens là se moquent de nous !

Je ne comprends pas que le préfet, représentant de l’Etat, avec tous les moyens qu’il peut avoir soit tombé dans un tel piège !... Écouter des avis peu éclairés et sûrement biaisés plutôt que ceux des ingénieurs des ponts mène à une superbe cagade.. Quelle confiance accorder à un politique à l’heure actuelle ? Bonne question hein ?.

Cagade qui va nous coûter très cher : un paysage détruit, une industrialisation d’un paysage qui ne profitera pas puisque tout cela ne sera qu’un vaste bassin où les eaux stagnantes recevront peut être une plus grande masse de bateaux pour le plus grand bénéfice d’une société commerciale qui nous coûte plus quelle ne nous rapporte. Et dans laquelle la municipalité de Quiberon n’a même pas son mot à dire alors que les archives montrent que c’est le contribuable quiberonnais -les "locaux" !- qui ont payé la marina ! Et en plus ce bassin va recevoir les eaux pluviales voire usées du "Val Fleuri". Quel spectacle en été ! Quels parfums en perspective ! L’ai iodé du grand large ! (argument pour l’office tourisme local qui va nous conjuguer ce slogan sur tous les temps !). Port Haliguen, Port Maria même combat !... L’odeur du grand large !...

Le pire c’est que la nouvelle municipalité , bien au courant maintenant, n’a pas l’intention de lever le petit doigt pour ne fâcher personne au "département" . Attitude politique d’autant plus incompréhensible que la département va disparaire dans peu de temps et que cette "Société publique locale" sera probablement rattachée à la région, ou peut être pourquoi pas vendue un jour à une "Major" du BTP, ou de l’environnement, ou pourquoi pas au Quatar ????

Personnellement, j’incline à croire qu’il s’agit d’une affaire d’économies. On préfère quelque part "bricoler "avec les vases pour que cela ne coûte pas cher, et que cela n’obère pas les bénéfices annuels.
Par conséquent on préfère quelque part ne pas mettre les moyens pour louer et utiliser un équipement de drague à élindes avec gros tuyaux pour évacuer les vases vers un bateau de fort tonnage pour les évacuer ensuite en haute mer. Les Hollandais savent faire ! Pas nos charlots !...

Patrick LUCO


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 195248

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License